[Retour la liste]


LES RAISONS DE LA DECADENCE D'UN SYSTEME le 26/12/2009 à 13h45

Il y a plus de quarante ans, commentant les nominations aux postes de caïds d’un nombre de personnes dont les compétences étaient jugées insuffisantes, un grand Super Caïd de chez nous avait dit à l’un de ses secrétaires :
Ne t’en fais pas Assou, un jour tu seras toi aussi caïd !
Il ajoutera ensuite:
Mais ne te leurre pas, ce n’est pas toi qui monteras et accéderas à « Takiyadiyte », c’est elle qui descendra et s’abaissera à ton niveau ! Dures étaient les paroles du super Caïd envers un de ses collaborateurs, mais notre homme ne visait certainement un de ses hommes, c'était le chemin que prenait le système qu'il voulait dénoncer !
Il est inutile de vous préciser qu’en effet Assou est devenu quelques années après caïd.
Le grand visionnaire qu'était notre homme, voyait lui déjà les prémisses du déclin qu’allait connaître la fonction publique en général et certaines fonctions en particulier !
Je ne jette la pierre à personne, mais j'ai connu une période où les personnes faisaient tellement bien leur travail qu'on les aurait aujourd'hui taxées d'user de beaucoup de zèle!
Depuis le temps où les gens n’avaient plus le choix d’exercer les métiers de leurs vocations il est évident que les prestations rendues en souffriraient et ne seraient pas des niveaux requis.
Des enseignants qui primaient leurs bons élèves en leurs offrant des bons points et des bonbons, des infirmiers qui apportaient des fruits aux malades hospitalisés, des agents d’autorité qui pensaient plus à vous conseiller qu’à vous verbaliser, des cadis qui n’ont que le souci de connaître la vérité et de rendre justice, tout ça fait partie d’un passé que les nouvelles générations n'ont pas toutes connu.
Vous vous présentez dans une administration pour régler un quelconque problème on vous montre et on vous oriente vers le plus véreux des hommes tout en vous disant que c’est lui qui trouvera solution à votre requête, contre bien sûr un bakchich qui ne fait plus rougir. Les honnêtes gens qui refusent de rentrer dans ce jeu pourri sont mis à l’écart et on vous dira à leur égard « haddak dakhl souk rassou ».
Est ce donc un problème d'argent et de rémunération qui est à l'origine de ce mal qui ronge notre administration ?
je répondrais que non; car quelque soit la rémunération que vous attribuez à un emploi, cela ne suffirait pas si la personne qui l'exerce n’y met pas un peu de son cœur. Ce n’est pas les deux mille dirhams que perçoit une infirmière qui vont compenser le fait que celle-ci déshabille, lave, et mette du talc à un homme qui n’est ni son mari ni son père ou son frère ! Celles qui le faisaient et qui continuent à le faire consciencieusement le font par cette vocation qui est la leur de venir en aide à leur prochain et de remplir un contrat qui est au dessus de toute rémunération quelque soit son montant.
Je termine cette rubrique en disant que tant que l’inadéquation profil / emploi persiste le service rendu ne peut être que d’une qualité médiocre quelque soit le domaine concerné. Ce qui n’empêche pas cette médiocrité d'être plus visible dans certains domaines plus que dans d’autres et à titre d’exemple je ne citerais que l’enseignement, la santé et la justice.

Ainsi va Ghriss
Agadir le 25/11/0

[Retour]