[Retour la liste]


DOIT-ON LAISSER ASSASSINER NOS LANGUES ? le 26/12/2009 à 13h43

J’essaie de comprendre ce qui pousse certains marocains à défendre avec acharnement la langue arabe littéraire au dépend de Darija ou Tamazighte, alors qu’elle n’a jamais été une langue parlée par les marocains.
Je comprendrais si c’était notre arabe dialectal que nos compatriotes parlent dans nos campagnes qu’ils défendent avec  fougue.
Je dis ça tout en précisant que je n’ai rien contre la langue arabe littéraire qui est une belle langue et qui est la langue de notre saint Coran, mais pourquoi c’est nous au Maroc et rien que chez nous qu’on veut que cette langue remplace les langues de nos ancêtres qui sont le Tamazighte et la Darija ?
Même en Egypte et en Syrie qui étaient le creuset du panarabisme, les populations de ces deux pays ne parlent que leur arabe local. A ce que je comprends, « Izzak ya Afandy » n’a rien de littéraire  ! Pareil pour les pays arabes du golf qui parlent leurs dialectes locaux et les utilisent dans leur vie de tous les jours. Est-ce que c’est par crainte de voir Tamazighte accéder au rang de langue officielle qui poussent certains hauts responsables de notre gouvernement à sacrifier même la Darija ?
Si c’est le cas je comprends les lamentations et les larmes chaudes que verse « Cham3a » dans la belle Qassida de Chérif Ben Ali, et je comprends pourquoi « Al harraz » est si regardant envers tous ceux qui tournent « ka hawmou » autour de sa bien aimée, sa langue.
Les 3roubi et les Imazighen doivent faire entendre ensemble leurs voix, et dirent à ceux qui persistent dans leur rêve Baasistes qu’ils ne font que pédaler dans la semoule !
La Darija et Tamazighte font partie de nous et ce n’est pas demain qu’on entendra dans nos rues :  « Ila ayna anta dahiboune ! »
Ce que nous continuerons à entendre sera:  « Fine Ghadi » ou « Mass Tdid ».
C’est  plus doux à l’écoute, plus court et écolo !
Nous ne laisserons pas les apprentis sorciers à la solde d’une idiologie dépassée assassiner nos langue ni porter un quelconque préjudice à notre patrimoine. Al Malhoune, Al 3ita, Ahidouss Ahwach, Timedyazine, Assayss ne se chantent et ne se dansent qu’avec Tamazighte ou Darija. Je termine ma chronique en disant:
3bass, a 3bass,
3ndak I3mr Lkass,
Rah ikoune fih Lbass !

Ainsi va Ghriss
Agadir le 10/11/07

[Retour]