[Retour la liste]


EST-CE LA NAISSANCE DUN BIG ? le 26/12/2009 à 13h40

Il y a exactement trente ans, lors des élections législatives de 1977, nous avions assisté à une victoire des candidats sans appartenance politique que nous appelions dans le temps les "SAP"(Sans Appartenance Politique) et qui avaient remporté 145 sièges du parlement.
Or si la logique voudrait que ça soit les partis politiques qui font pour ne pas dire qui créent les parlementaires, dans ce cas de 1977 c’est l’inverse qui c’était produit. Ce sont les parlementaires qui ont créé un parti ! Il s’agit bien sûre comme vous le savez du RNI (Rassemblement National des Indépendants). Dont le patron actuel (Mansouri) vient d'être élu au perchoir de la nouvelle assemblée.
Ce parti donc qui était présidé par Ahmed Osman qui n’était autre que le beau frère de feu Hassan II, à la tête de nouveau parti, et avec les partis traditionnellement situés à droite, le tour est joué. l’Istiqlal, l’USFP, le PPS et l’OADP ne pouvaient qu’attendre des jours meilleurs pour une autre tentative de gouverner, car ils ne pouvaient pas prendre ni exiger ce que les urnes leur avaient refusé.
Ce que nous vivons ces jours après les élections et l’avènement de Mr Ali El Himma en tant que parlementaire a de fortes chances de ressembler au même processus qui avait donné naissance au RNI. Si Mr Ali El Himma s’est retiré du gouvernement pour se présenter aux élections c’est que lui, il devrait savoir que les sondages qui donnaient un taux de participation aux élections supérieur à 75% avec une victoire certaine pour le PJD ne sont pas du tout crédibles. Et c'est ce que les résultats des élections ont confirmé par la suite.
Il savait certainement que si les jeunes se sont désintéressés à la chose politique et au combat syndical ce n’est pas par ignorance ou par un manque d’intérêt pour la vie politique. Presque tous ont lu Germinal de Zola et connaissent les noms des personnes politiques du monde ainsi que les courants idéologiques qui ont marqué le siècle passé. Ce qui les a éloigné des partis et des syndicats, n’est autre que le fait de ne pas se reconnaître dans les agissements des leaders de ces partis et de ces syndicats.
Avant un leader s’engageait et lutait pour améliorer la situation des autres, actuellement c’est sa situation et celle de ses proches qu’il veut améliorer. Avant il n’hésitait pas à se sacrifier et aller en prison pour ses idées et les idées des autres, actuellement il sacrifie les autres pour assurer ses arrières et garantir une place au soleil pour lui et les siens.
Le Maroc a mal. Il a mal de certains de ses partis politiques et de ses syndicats !
Regardons ce que sont devenus les différents partis politiques et les syndicats aujourd’hui ! Est-ce que l’Istiqlal a aujourd’hui le même aura qu’il avait au temps de Allal El Fassi ou de M’Hamed Boucetta ?
L’USFP, est-il ce qu’il était au temps de Bou3bid ou d’El Yousfi ?
El Haraka avec son éternel Ahardane, est-elle ce qu’elle était même si son vieux Amghar continue à tour superviser ?
Quant aux syndicats, ils sont aussi inoffensifs que l’est le lion dessiné sur la boite d’allumettes. Gueule grande ouverte, mais incapable de mordre !
Que faut-il faire alors ?
Je pense que certains partis politiques et nos centrales syndicales doivent faire leur propre révolution en rajeunissant leurs équipes dirigeantes. Les vieux "tacots" n'ont plus leurs places dans la course. Ils doivent faire de l’intérêt général du pays leur principal objectif ce qui n'est pas du tout le cas hier et aujourd'hui.
Je pense aussi que l’implication de Mr Ali El Himma en tant que parlementaire, va dans le sens de cette révolution pacifique dont a besoin la classe politique de notre pays. Si pour le moment il s’entoure de députes issus des autres partis c'est pour peser sur l’échiquier politique actuel en contrôlant le gouvernement et en pesant sur ce qui se fera au niveau du parlement. Il saura le temps venu se débarrasser de ceux qui ont pris le mauvais pli et s’entourera de personnes jeunes, intègres et dynamiques qui auront comme objectif de bien servir leur pays et non de se servir et servir leurs proches.
Il a occupé un poste sensible qui lui a certainement permis de connaître ce qui ne tourne pas rond dans les rouages de notre administration. Il a l’avantage énorme d’être très proche du souverain.
Va-t- on assister à la naissance d’un grand parti du centre qui dans un futur proche sera la principale composante d’une équipe gouvernementale? Je pense que oui. Un Big est en train de naître !
Pour réussir une aussi grande mission et en tant qu'enfant du monde rural comme lui, j'aimerais rappeler à SSI Ali que pour s'assurer une bonne récolte, le pays (terre) doit bien être labouré en profondeur, et pour se faire, il faudrait bien plus que les trois tracteurs des Rhamna.

Ainsi va Ghriss
Casablanca le 20/10/07

[Retour]