[Retour à la liste]


AM OUSKA, AM WASSA, AM WASNATE ! ON ELIT LES MÊMES ET ON RECOMMENCE ! le 26/12/2009 à 12h43

Les échéances électorales sont des occasions toutes désignées pour proposer et innover dans les domaines de la gouvernance d’un pays.
C’est une occasion de rompre avec une certaine manière de faire du passé et d’intégrer les nouvelles donnes pour une gestion et une approche en phase avec l’évolution de la société et du monde.
Pour ce faire, il faut avoir le courage de se remettre en question, d’admettre que chaque chose a son temps, de savoir passer le témoin quand il le faut aux nouvelles générations et de croire qu’on peut toujours améliorer ce qui a été fait ou entrepris par soi-même ou par quelqu'un d'autre.
Pour un pays, les élections législatives et le nouveau gouvernement qui en découle sont comparables au renouvellement d’une garde-robe. On se sépare même si c'est avec regrets de ses vieux habits que le temps et la pratique ont usés et on y intègre de nouveaux vêtements qui répondent à la mode et l'air du temps.
Chez-nous, les vieux bernouss veulent toujours être de la fête même si leurs « Tawtatine » sont toutes dégarnies et que leurs couleurs ne sont plus aussi éclatantes qu’elles l'étaient jadis.
On leur à fait savoir qu’il ne s’agit plus de danser Ahidouss ou Ahwach dont ils excellaient, et que ce temps que nous vivons est celui du « hip hop », du « hot bot » et du « rap » dont les rythmes endiablés n'ont rien à voir avec les mélodies endormantes qu'ils ont l'habitude de pratiquer, rien à faire, nous y sommes et nous y restons répondent-ils.
Ainsi encore une fois, le renouvellement des élites politiques, au niveau de nos partis et de notre parlement risque de ne pas être au rendez-vous avec l'histoire.
Le rajeunissement dont les partis nous ont cassé les oreilles durant des années reste un slogan creux. Ce qui est en train de se préparer démontre qu’on ne laissera aux candidats fils du peuple que les restes de l’Ouzi3te.
Ca ne sera pas encore demain que nous verrons un gouvernement avec des Assou, Bassou, Sékou ou Moha. Les dirigeants d’Arraw N’Tanouhte qui sont en majorité de Fès, Rabat et Casa ont bien préparé leur stratégie pour rester aux commandes. Après les élections ils se partageront les fauteuils ministériels ou à défaut y mettront un fils, une fille, un gendre ou quelqu’un qui leur est proche.
Atmane tu as beau être lauréat d'une grande école, d'être major de ta promotion et compétant dans ton domaine, à leurs yeux cela ne suffit pas. Il te faut apprendre à imiter le hibou, ce que tu ne feras pas j'en suis certain.
Mme Rachida Dati, a de la chance d'être de l'autre coté de la mer où le critère de la compétence est prépondérant !

Ainsi va Ghriss
Agadir le 19/05/07

[Retour]