[Retour la liste]


DE ROUICHA A 3TABOU le 26/12/2009 à 12h42

- Que faut-il avoir ou faire pour être reconnu en tant que grand artiste du showbiz chez-nous et avoir droit au passage sur les plateaux de nos chaines de TV ?
- Faut-il être un bon parolier, un bon compositeur, un bon musicien ou un bon chanteur ?
Vous me diriez que la réponse est évidente et qu'ill suffirait d’être bon dans l’un des quatre domaines !
Et bien non ! Cela ne suffit pas, même si vous êtes excellent dans deux, trois, ou même dans les quatre domaines . Il faut être autre chose ou pour être plus précis ne pas être autre chose !
La preuve ? Voyez vous-même la marginalisation dont sont victimes nos artistes Amazigh et particulièrement nos deux grands artistes que sont Najat 3tabou et Mohamed Rouicha.
3tabou jeune femme émancipée fière de son amazighité n’est pas seulement interprète mais également auteur et compositeur de ses chansons.
Mohammed Rouicha encore plus puisqu’il est parolier, compositeur, interprète et musicien. Et pourtant nos boites à images ou ceux qui se chargent des programmes continuent à ignorer ces artistes de grand talent et font appel à certains artistes du moyen orient qui attirent plus l’attention par l’exhibition sur les plateaux de TV de leurs chevelures traitées aux gels ou leurs généreuses poitrines qui sentent la silicone
Les efforts fournis par Rouicha, et 3tabou de chanter en arabe n’ont pas suffit pour leur ouvrir les portes des studios, car le problème ne réside pas dans le fait de chanter en arabe mais dans le fait qu’ils sont Amazigh !
Ces messieurs ne savent pas que même pour tout l’or du monde nos deus artistes ne renonceront jamais à leurs identités quitte à aller chanter sous d’autres cieux pour l’une et rester au cœur de son atlas natal pour l’autre. .
Moha ou Mouzzoune avait déjà chanté: «Ourda zalagh nsbinou, a yaytma laslinou d’amazigh»
Ainsi va Ghriss
Agadir le 06/05/07

[Retour]