[Retour la liste]


MON BREF SEJOUR A TAMAZIRTE le 26/12/2009 à 12h41

Bien que mon séjour à Goulmima soit de courte durée, j’ai pu tout de même me rendre compte des effets positifs des pluies qui cette année ont arrosé à plusieurs reprise notre bled. Les ergs rocailleux qui séparent les oasis sont recouverts de verdure au point où les apiculteurs ont envahi ces espaces verdoyant en y installant des centaines de ruches d’abeilles. Ce qui présage d’un bon « cru » de miel dans quelques semaines.
J’ai pu m’entretenir aussi avec quelques membres de Taqbilte « Lajma3te n'Ighrem». nous avons discuté de divers points et plus particulièrement des demandes de location des terres entre Goulmima et Errachidia émises par certaines personnes à la recherches de profit. Sur ce point je me réjouis de constater que taqbilte est consciente du risque que constituerait tout pompage d’eau de la nappe phréatique alimentant nos sources et comme ils m'ont dit si un jour une location se ferait, elle concernerait en premier "Dawi Lhoukouk" à savoir les gens de Ghriss ou originaires de Ghriss.
J’ai aussi fait part aux membres de « Lajma3te » de mon idée concernant « Akkal N’barra », mon approche n’a pas fait l’unanimité au sein des membres. Et d’après ce qu’un membre m’a dit une autre approche plus « directe » est entamée et donnerait ses fruits dans des délais plus courts.
Les membres de Ljma3te m’ont fait part de leur souhait de voir la Diaspora impliquer plus avec eux dans la gestion des affaires du bled ils et espèrent recevoir d’elle un soutien moral et financier pour faire face aux diverses dépenses auxquelles ils font face. Je lance donc un appel à tous les fils du ksar pour épauler la Jm3a en lui adressant des aides d’argent.
Voilà pour le coté jardin, voyons donc le coté cour.
J’ai vu de mes propres yeux les conséquences des dégâts causés au Ksar par les dernières pluies. Plusieurs maisons sont en ruines et d’autres menacent de s’écrouler. J’ai vu l’état des aires à battre « Inourir » que des tas de briques en argile que la pluie avait fondus et que l’entreprise chargée de la restauration du ksar a laissé à l’abandon, occupant ainsi les aires à battre que les populations vont bientôt utiliser pour faire sécher leurs moissons d’orge et de blé. J’ai vu les lessiveuses au bord de la seguia laver tranquillement leurs linges et déverser sans aucune gène les eaux de lessive chargées de Chlore et de détergents dans la séguia, sans se soucier des dégâts qui seront occasionnés aux cultures.
Sur ces points Taqbilt ne semble pas être assez préoccupée. Est-ce Comme l’a mentionné Mr Youssef Safiri dans son message, c'est parce que la majorité des membres de cette assemblée n’habitent plus le Ksar ?
Comment ne pas s’occuper en premier lieu de ce ksar qui tombe en ruine alors que c’est lui qui justifie l’existence même de Taqbilte ?
Akkal N’barra c’est pour demain, mais Ighram, c’est maintenant qu’il faut s’en occuper, et Taqbilt qui en tire sa légitimité et parle en son nom doit faire des problèmes du ksar une priorité.
Je termine ma chronique en disant combien m’a fait plaisir l’intervention de notre ami Lahcen Bouarfa lors de la journée de l’eau organisée à Erfoud les 29 et 30 mars. C’est comme ça que nous finirons par faire valoir les droits de notre région.

Ainsi va Ghriss
Agadir le 05/04/07

[Retour]