[Retour la liste]


À qui le tour ? le 23/10/2020 à 23h41

 

DA ZGLGH AR SSIGHIGH 
A qui le tour ?
Le Soudan vient d’annoncer aujourd’hui la normalisation de ses relations avec Israël, rejoignant ainsi les Émirats Arabes Unis et le Bahrain.
La décision du Soudan n’est pas surprenante, vu que le Président Trump a mis en balance la levée des sanctions et la suppression du Soudan de la liste noire contre la reconnaissance d’Israël. 
La question qui se pose maintenant est : à qui le tour ?
Pour que les états arabes normalisent leurs relations avec Israël, le Président Trump n’hésitera pas à user de tous les moyens pour arriver à ses fins. Son jeu, il ne le cache pas. Au contraire il le fait savoir à tout le monde et la normalisation des états arabes avec Israël fait partie de ses priorités.
S’il se fait réélire le 03 novembre, le rouleau compresseur de la diplomatie américaine continuera sa besogne en mettant sous pression les pays arabes récalcitrants. 
L’affaire du journaliste Jamal Kachoukhji et l’affaire du Sahara marocain seront entre autres des cartes qu’il pourra sortir pour faire pression sur l’Arabie Saoudite et sur le Maroc.
Le Maroc saura-t-il dire non à une demande américaine alors que contrairement à Obama, Trump lui apporte un soutien total quant à l’affaire de son Sahara ?
Une situation dont la gestion sera délicate pour la diplomatie de notre pays.
Alors “Wait and see” comme le dit le proverbe anglo-saxon !
Ainsi va Ghriss
Le Soudan vient d’annoncer aujourd’hui la normalisation de ses relations avec Israël, rejoignant ainsi les Émirats Arabes Unis et le Bahrain.
La décision du Soudan n’est pas surprenante, vu que le Président Trump a mis en balance la levée des sanctions et la suppression du Soudan de la liste noire contre la reconnaissance d’Israël. 
La question qui se pose maintenant est : à qui le tour ?
Pour que les états arabes normalisent leurs relations avec Israël, le Président Trump n’hésitera pas à user de tous les moyens pour arriver à ses fins. Son jeu, il ne le cache pas. Au contraire il le fait savoir à tout le monde et la normalisation des états arabes avec Israël fait partie de ses priorités.
S’il se fait réélire le 03 novembre, le rouleau compresseur de la diplomatie américaine continuera sa besogne en mettant sous pression les pays arabes récalcitrants. 
L’affaire du journaliste Jamal Kachoukhji et l’affaire du Sahara marocain seront entre autres des cartes qu’il pourra sortir pour faire pression sur l’Arabie Saoudite et sur le Maroc.
Le Maroc saura-t-il dire non à une demande américaine alors que contrairement à Obama, Trump lui apporte un soutien total quant à l’affaire de son Sahara ?
Une situation dont la gestion sera délicate pour la diplomatie de notre pays.
Alors “Wait and see” comme le dit le proverbe anglo-saxon !
Ainsi va Ghriss
Washington le 3/10/2020

 

[Retour]