[Retour la liste]


Faut-il leur tendre la joue ? le 02/09/2017 à 07h47

Si certains médias francophones et tout particulièrement FR3 et "Jeune Afrique" font du Maroc leurs "Unes" en mélangeant des  amalgames, des approximations et certaines vérités dans leurs analyses et reportages dans le but de ternir l'image de notre pays cela ne m'étonne pas, car le fait que le Maroc ne soit pas tombé dans la spirale de ce trou noir appelé "printemps arabe", comme c'était le cas pour certains pays, leur est resté à la gorge comme un os.

Mais même en disant "tant-pis" pour eux s'ils veulent continuer à pêcher dans l'eau trouble, nous ne devrons pas à notre tour nous contenter de dire "les chiens aboient et la caravane passe". Nous devrons faire taire les chiens en débarrassant la caravane des casseroles et des bulles puantes qu'elle traîne et qui font aboyer les Klébars. 

Montrer les insuffisances dont souffre le pays qui sont reconnaissons le nombreuses ou dénoncer via les réseaux sociaux les abus et les incompétences de certains responsables sont des signes de maturité et de liberté qui manquent à de nombreux pays. Mais cela n'est guère suffisant si ceux qui nous gouvernent n'entreprennent pas des actions correctives pour redresser et corriger ces insuffisances pour clouer le bec à ceux qui n'attendent que ces occasions pour tirer à boulets rouges sur notre pays.

Les actions doivent emboîter le pas aux paroles et aux discours. Il n'y a pas pire que de savoir son mal et de ne rien entreprendre pour le guerir !

Notre justice doit être plus réactive. Le parquet doit ouvrir sans tarder une enquête à chaque fois que la presse ou les réseaux sociaux révèlent un abus ou une infraction passible d'être sanctionnés.

Moha me dira a juste titre:

- Ali, il faut tout d'abord que la justice se révise elle même et fasse sa propre révolution. Car comment se faire soigner par plus malade  que soit ?

Moha a plus que raison. Mais  si nous savons que l'ennemi se cache au coin de la rue, prêt à nous asséner une bonne gifle ne faut-il pas nous protéger le visage au lieu de nous contenter d'avoir les mains derrière le dos ?

Ce qui porte préjudice au Maroc et à son peuple, c'est l'étalement à travers les médias des aléas de sa gouvernance sans que rien ne soit entrepris pour les corriger. Et le manque d'action fait aboyer les chiens et grogner les caravaniers !

Je clos cette chronique en vous disant chers amis et lecteurs bonne fête. 

Réjouissons-nous et remercions Dieu qui continue à faire que dans notre pays ce sont les moutons qui continuent à être égorgés ! 

Ainsi va Ghriss 

Goulmima le 31/08/2017

[Retour]