[Retour la liste]


TANOUHINE ! le 26/12/2009 à 12h29

Qui de nous à Ghriss n’avait assisté aux empoignades entre amis et membres de la même famille tout simplement parce qu’ils n’appartenaient pas au même parti politique.
Les nôtres ont été les dindons de la farce de cette période post-indépendance, où malgré leur engagement total et sans réserve dans leurs partis, l’ascenseur ne leur a jamais été renvoyé !
Je me souviens de la visite de feu Mehdi Ben Barka au ksar de Goulmima et les promesses faites aux militants de son pari et aux jeunes de ces années sixties.
Mon grand père m’avait tenu la main et m’avait emmené écouter déjà dans les années soixante la formule « Aytma d’Istma » d’Ahardan dans un meeting au souk de Goulmima où les youyous fusaient à chaque parole qu’il prononcait.
Nous étions au terrain de foot pour voir feu Allal El Fassi le leader de l’Istiqlal prononcer son discours qu’il n’avait pas terminé parce que la tribune construite en troncs de palmiers s’est écroulée sous le poids de la délégation qui l’accompagnait et dont les membres portaient tous le Tarbouche rouge que les turcs leurs ont passés.
Je me souviens de feu 3mi Ali, qui lorsqu’il avait opté pour le parti du Docteur Al Khatib et quitté al Harraka d’Ahardane avait placardé un écriteau de son nouveau parti (Jebha) précédé de « Dieu le Roi la Patrie » Et quand on lui a fait remarquer que le l’ordre de la devise du pays n’était pas le bon, il nous avait répondu que son parti passe avant le pays !
Une pensée toute particulière a mon ami Lhou dont les parents avaient choisi un nom de famille dont l’origine est « hizb Chora » de feu Hassan Ouazzani, au moment où tous les choris étaient envoyés en prison par un Caid de l’Istiqlal.
Qui ne connaissait pas feu 3akka Ghabouch du ksar d’Ait Moch ? Ce pauvre homme qui n’avait pas de quoi dîner et qui faisait passer son militantisme en criant haut et fort des slogans pour son parti avant de s’assurer d’avoir quoi manger.

Ainsi va Ghriss !!

[Retour]