[Retour la liste]


"Oulad Abdelwahed ne seraient-ils koulhoum wahed ?" le 17/03/2017 à 17h44

L'attente n'a que trop duré ! Voilà plus de cinq mois que Sa Majesté le roi avait chargé Mr Benkirane dont le parti (PJD) avait remporté le plus grand nombre de sièges au parlement lors des dernières élections législatives à former un gouvernement. Le chef de gouvernement désigné, s'obstinant à vouloir faire participer coûte que coûte d'autres formations politiques tout en leur imposant ses conditions n'a pu à son but, plus de 5 mois après sa nomination. Devant l'impasse à trouver un accord avec d'autres partis, le bon sens aurait été que Benkirane forme une équipe gouvernementale même minoritaire rien qu'avec les membres de son parti (PJD) et de son allié (PPS) ou de se désister afin que le roi désigne une autre personnalité pour le replacer. Mais le chef de gouvernement désigné s'est contenté de rester confiné chez-lui au quartier des orangers à Rabat et ne semblait pas pressé à faire sortir le pays du blocage dont est atteint son exécutif, ni remettre les clefs de la demeure au roi.
Il a fallu que Sa Majesté elle-même décide de lui retirer la charge de constituer un gouvernement et de confier la charge a une autre personnalité en la personne de Mr Saad-Eddine El Othmani qui appartient au même parti que lui. Ainsi le Roi offre une seconde chance au PJD pour constituer l'équipe gouvernementale. 
En procédant de la sorte, le souverain a non seulement respecté la constitution en chargeant une personnalité appartenant au PJD, mais essaie de mettre fin à une attente qui n'a que trop duré.
C'est une décision très sage du roi qui en sa qualité de garant de la Constitution et de la bonne marche des institutions a décidé de décharger Abdelilah Benkirane, après son échec de constituer une majorité pour conduire la prochaine équipe gouvernementale. 
Personnellement je m'attendais à une autre issue que celle-ci, vu qu'en ces temps où notre pays mène une politique de reconquête et de consolidation de ses relations politiques et économiques avec les pays africains et l'irritation que cela provoque aussi bien chez nos voisins de l'Est que chez leurs protégés du Polisario ;  et vu les nombreuses imperfections constatées lors du déroulement des élections législatives du 07 octobre, je m'attendais à ce qu'une personne technocrate soit désignée pour conduire pour 2 ou 3 ans une équipe gouvernemental réduite qui aura pour mission de gérer les affaires durant cette période agitée et qui risque de l'être encore plus après l'ère Boutaflika mais aussi de bien préparer la tenue d'élections législatives anticipées afin d'inciter des personnes dont le but et de faire avancer le Maroc dans la voix du développement à se présenter et non des personnes qui ne cherchent qu'à s'enrichir sur le dos du peuple.
Pour ces raisons et pour d'autres, la personne de Meriem Bensalah Présidente de la CGEM (Confédération Générale des Entreprises du Maroc) me semblait toute désignée pour occuper ce poste. Tout d'abord parce qu'elle est une femme d'affaires très active et une excellente dirigeante.
Secondo, elle est apolitique et entretient de bonnes relations avec l'ensemble des partis politiques, des syndicats et des opérateurs économiques du pays.
Tercio, c'est une femme, dont la nomination effacera tous les clichés concernant la femme marocaine et musulmane et qui sera vu d'un bon œil par toute la communauté internationale. Mais bon Sa Majesté et ses conseillers ont certainement leurs raisons de vouloir continuer avec les islamistes.
Je clos ce billet, par le vœu que Dr Saad-Eddine El Othmani (qui prend en quelque sorte sa revanche, puisqu’il il fut il y a quelques années évincé de la tête du PJD par un certain Benkirane) et l’équipe qui sera à ses cotés soient à la hauteur du geste de bienveillance du roi qui leur offre une nouvelle chance de conduire les affaires du pays. 
Un «Péjidiste» Amazigh saura-t-il mieux faire qu’un «Péjidiste» Fassi ? On le saura dans quelques mois. A moins que « Oulad Abdelwahed,ne soient koulhoum wahed » comme le dit le dicton !
Ainsi va Ghriss
Washington le 17/03/2017

[Retour]