[Retour la liste]


Mabrouk Tafaska ! le 10/09/2016 à 06h29

Voyage oblige, je vais me contenter cette fois-ci de quelques phrases en guise de chronique de cette semaine.

Dans deux jours, nous allons célébrer Tafaska plus communément connue sous l’appellation de l'Aïd-el-Kébir (aussi nommée Aïd-el-Adha, Aïd al-Kebir ou encore Eïd el-Adha), qui signifie « la Fête du sacrifice »de L’Aid Lekbir. Cette fête Qui malgré qu’elle soit une Sunna donc non obligatoire est l'une des célébrations les plus importantes liées à la foi musulmane. Il s'agit d'une commémoration de la soumission d'Abraham à la volonté de Dieu lorsque celui-ci lui demanda de sacrifier son fils Ismail.

Ce rituel devenu une fête devrait en principe non seulement rapprocher les trois religions monothéistes mais les unir, puisqu’elles se réclament toutes les trois du même patriarche. La célébration du rituel du Prophète Abraham avait concerné le judaïsme et la chrétienté bien avant l’avènement de l’islam. D’ailleurs les juifs considèrent qu'il s'agit plutôt d'Ishaq (Isaac) et non d’Ismail qu’Abraham s’apprêtait à sacrifier. Dans ces textes, le Coran ne mentionne pas le nom du fils qui allait être sacrifié. Mais qu’importe que ça soit Ismail ou Isaac, cela n’explique pas pourquoi ces deux autres religions voient-elles d’un mauvais œil l’immolation d’animaux durant cette fête en hommage à un prophète dont-elles se réclament.

Ceci étant dit, je pense que les musulmans en général et les marocains en particulier doivent rester fidèles à l’esprit de cette fête qui est une manifestation de partage et de solidarité avec les pauvres et les démunis et non une compétition de qui va égorger le plus grand mouton.

Tout en vous souhaitant tous une bonne fête, j’invite à continuer à être généreux et solidaires ceux qui le sont, comme j’invite ceux qui ne voient en cette fête que « boulfaf et toutliouine » à se rattraper en manifestant un peu de générosité avec les nombreuses familles pauvres de leur contrée.

Ainsi va Ghriss

Casablanca le 10/09/2016

[Retour]