[Retour la liste]


Ne jamais insulter l'avenir ! le 27/08/2016 à 17h05

NSarko vient de déclarer sa candidature aux primaires des Républicains. Personnellement, je pense qu’il a de fortes chances de se retrouver au sommet de l’Etat français et qu’il aura l’occasion de démontrer à François Hollande qu’il s’est trompé en croyant l’avoir enterré. Je ne suis pas un sarkosiste, mes préférences vont plutôt vers la gauche, mais je ne perdrais pas mon honnêteté intellectuelle en reconnaissant que cet homme ne manque pas de courage et de détermination. Je n’oublie pas non plus sa position quant à nos provinces sahariennes et son soutien inconditionnel à notre pays. Mais là n’est pas le sujet de mes propos.

J’étais parmi ceux qui avaient applaudi la victoire de Hollande il y a 5 ans. J’étais séduit par son programme et ce qu’il avait déclaré au Bourget et puis je pensait qu’il allait être a la hauteur de la fonction qu’il allait incarnée. Hélas ses faux pas, ses hésitations m’ont convaincu qu’il est plus près d'un homme qui s'est retrouvé là par "accident" que d’un grand chef d’Etat. Dès son premier jour de prise de fonction, au lieu d’accompagner jusqu’à sa voiture celui qu’il allait remplacer et d’attendre que sa voiture quitte la cour de l’Elysée comme le veut la tradition, Hollande reste devant le perron et plus grave regagne l’intérieur du palais avant que la voiture de Sarko quitte les lieux. Hollande avait confondu l’estime qu’il devait à la fonction du Président de la République et celui qu’il avait pour l’homme qu’était Sarkozy. Sa seconde gaffe, qui était loin d’être celle d’un chef de l’Etat c'était lorsqu’en visitant pour la première fois en tant que Président de la République Française le salon de l’agriculture, avait assuré à une jeune visiteuse qu'elle ne "verrait plus" l'ancien président, envoyant ainsi une méchante vanne à Sarkozy. C'est vrai que le pouvoir use, et si comme De Gaule, Mitterrand et Chirac qui étaient aussi durs que le granite ont finis par être usés par l’exercice du pouvoir, que peut-il en être pour Hollande qui est plus proche de l’argile que du granite ?

Insulter l’avenir est la plus grande erreur que pourrait commettre un homme politique. Car la politique est une science qui n’a de science que le nom. Le binaire, le "tout noir" et le "tout blanc" n’existent pas en politique. Si l’intelligence, l’anticipation et l’adaptation caractérisent les hommes politiques, pour de nombreux autres, le compromis, l’hypocrisie et la trahison font partie de leurs attributs et ils ne manquent d'en user. En cas d’une victoire de Sarkozy à la présidentielle française, je suis certain qu’il ne manquera pas de courtoisie pour accompagner et attendre que Hollande quitte la cour de l’Elysée. il saura se comporter en vrai chef d’Etat en respectant le protocole qu’on doit à un Président de la République qui quitte ses fonctions.

Ça serait une gifle d’un au revoir à François Hollande qui n’a pas su être à la hauteur de sa fonction au moment du départ de Sarko de l'Elysée. Si ma prédiction se réalise, ça ne serait qu’une confirmation du dicton qui nous conseille de ne jamais insulter l’avenir. Ainsi va Ghriss ;

Ainsi va Ghriss

Goulmima le 27/08/2016

[Retour]