[Retour la liste]


Je t'aime, moi non plus ! le 06/08/2016 à 07h10

Les événements dramatiques que l’Europe a connus ces dernières semaines ont poussé les catholiques français à mettre un peu plus d’eau dans leur vin en évitant d’attribuer à l’islam les actes terroristes de certains déséquilibrés, comme ils ont contraint les musulmans de l’hexagone de relire et à comprendre de nombreuses sourates du Coran qui leur recommandent d’être bienveillants avec les gens du livre que sont les chrétiens et les juifs.

Qui aurait cru, il y a quelques mois que des musulmans par centaines vont un jour aller assister à la messe dominicales et que les portes des églises et des cathédrales vont leur être ouvertes ?

Qui aurait pensé que des catholiques et des juifs puissent un jour pénétrer dans les mosquées et écouter les sermons des imams durant la prière du vendredi ?

Les croyants des trois religions monothéistes français ont-ils finalement compris qu’ils prient pour un même Dieu et que leurs religions ne se contredisent pas mais se complètent ? Je n’ai pas lu la Bible ni l’Evangile pour pouvoir me prononcer et donner mon avis de simple lecteur sur le contenu de ces deux livres divins. Quant au saint Coran que j’ai lu, relu et que je continue à relire, je n’ai trouvé dans ce livre en ce qui concerne les prophètes qui ont précédé celui de l’Islam que leur totale soumission à Dieu et leur respect à ses recommandations. Mieux que ça, le saint Coran ne nous dit-il pas dans le Chapitre 136 de la sourate «An-Nissae» (les Femmes) «O vous qui croyez ! Croyez en Dieu et en son prophète, et au livre qu’Il a révélé à son Prophète, et aux livres qu’Il a révélés auparavant. Quiconque ne croit pas en Dieu, à ses Anges, à ses livres, à ses prophètes et au Jour dernier, se trouve vraiment dans un profond égarement». Comment comprendre et interpréter ce Chapitre autrement que par la véracité des livres de Dieu et par la croyance de tous ses prophètes. Ce qui a causé à mon avis beaucoup de tort aux religions, ce sont les interprétations erronées de certains textes par des fkih qui ne discernent pas entre une sourate révélée au Prophète pour répondre à une situation conjoncturelle donnée et une sourate qui traite d’un sujet d’ordre général qui réglemente la vie des hommes sur terre.

Au Maroc, l’interdiction faite aux non-musulmans de pénétrer dans l’enceinte d’une mosquée n’est pas une recommandation du Coran ni celle du Prophète Mohamed qui recevait les délégations juives dans la mosquée, mais une interdiction dictée par le Maréchal Lyautey qui craignait que les chrétiens se convertissent à l’Islam !

En se fraternisant avec les gens du livre, les musulmans ne feront que se conformer au texte coranique qui dit dans le chapitre 46  de la sourate Al-Ankabut (l’Araignée) «Ne discute avec les gens du livre que de la manière la plus courtoise» (La toujadil ahl al kitab ila bilati hiya ahssen). Ou encore «Dis, nous croyons à ce qui est descendu vers nous et à ce qui est descendu vers vous, notre Dieu qui est votre Dieu est unique.

Si j’avais une recommandation à faire aux gens du livre (Chrétiens et Juifs) ; je leur dirais de lire et d’étudier le Saint Coran, car les vies d’Abraham, de Moise, de Jésus et de sa mère Marie ainsi que celles des autres prophètes ne sont pas aussi bien décrites dans aucun livre comme elles le sont dans le Coran. Peut-être comprendront-ils aussi que l’Islam n’est que la suite et la continuité des messages divins transmis par les prophètes et destinés à toute l’humanité. Mon souhait est de voir un jour les croyants des trois religions monothéistes s’embrasser sans se mordre les joues !

Ainsi va Ghriss

Ifrane, le 06/08/2016

[Retour]