[Retour ŕ la liste]


Guerre de religions prétendent-ils ! le 30/07/2016 à 06h55

L’attentat de Nice et le meurtre d’un homme d’Eglise à Rouen, commis par des écervelés de Daech a donné l’occasion à certains hommes politiques français de qualifier ces actes odieux de guerre de religions.

Au fait,  guerre entre quelles religions ?

Daech est une organisation terroriste dont les victimes sont en majorité musulmanes et qui chaque jour s’illustre par ses attentats terroristes en Iraq en Syrie et en Libye. Qualifier de guerre de religions les actes commis par ces fous de guerre des religions, traduit en fait l’Islamophobie de ces personnes qui n’acceptent pas que l’Islam qui est une religion de paix et de tolérance, soit pratiqué comme le sont en Europe les autres religions. Ce sont ces mêmes gens qui interdisent la construction de mosquées dans leurs villes et qui refusent que les fêtes religieuses musulmanes soient chômées comme le sont les fêtes chrétiennes et juives. La semaine passée les forces de l’ordre avaient interdit l’accès à la place du Trocadéro à une jeune femme musulmane parce qu’elle porte sur la tête un foulard (de surcroit d’une grande marque française). Mais ils ont laissé passer des sœurs religieuses chrétiennes qui portaient leurs coiffes religieuses. De tels actes de ségrégation ne peuvent que révolter toute personne en dehors de son appartenance ethnique ou religieuse !

Revenons maintenant à ces deux derniers actes criminels commis par ces terroristes de Daech à Nice et à Rouen. Leurs auteurs/

-      Prient-ils ?

-      Non.

-      Jeûnent-ils ?

-      Non.

Qu’ont-ils alors de l’Islam à part un prénom qui est porté par des musulmans et une couleur de peau qui les différencie des européens de souche ?

Par contre, les deux auteurs font partie de ces jeunes qui sont nés sans l’avoir choisi en France. Ils appartiennent au lot de ceux qui se sentent rejetés et mis à la marge par la société de leur pays. Contrairement à leurs parents qui sont illettrés et qui acceptaient toutes sortes d'humiliation pour garder leur travail et gagner de quoi nourrir leurs familles. Eux ils ont fréquenté l'école de la république et refusent que la devise Liberté Égalité et Fraternité ne soit qu'un slogan creux.

Peut être qu'ils ne seraient pas ce qu'ils sont devenus s'ils étaient nés dans les pays d'origine de leurs parents. Mais souvenez-vous que c'est durant le septennat de Giscard que le gouvernement français avait obligés les immigrés à faire venir en France femmes et enfants s'ils veulent bénéficier des allocations familiales sans mettre en place un programme pour facilité leur intégration !

La France refuse de reconnaître et d'assumer ses erreurs et continue à attribuer l'échec aux jeunes et à leurs parents. Elle  oublie qu'à leur arrivée, elle  les avait parqués dans des HLM sans rien entreprendre pour leur assurer une bonne immersion et une bonne intégration dans la société française.

En continuant à attribuer les actes barbares de certains de ses enfants à l'Islam, la France risque d'avoir en face d'elle toute la communauté musulmane exaspérée par des amalgames faciles et trompeurs que font les politiciens français à chaque fois qu’un de leurs fils commet un attentat.

L’islam n’a rien à voir avec les agissements de ces têtes brulées. La France doit chercher ailleurs les causes du désespoir de certains de ses fils. Car si c’était l’Islam qui était la cause, leurs parents qui sont musulmans se seraient fait sauter bien longtemps avant eux !

Je termine cette chronique par ce que Sa Sainteté le Pape a déclaré à Cracovie mercredi en réponse à ceux qui disent que nous vivons une guerre de religions « Nous ne vivons pas une guerre de religions mais une guerre d’intérêts et une guerre pour s’accaparer les richesses naturelles de la plènète »

Ainsi va Ghriss

Agadir le 30/07/2016

[Retour]