[Retour à la liste]


Région du Sud-est, la cocotte est sous pression ! le 18/06/2016 à 03h38

De Goulmima, d'Alnif et d'Amellago des signaux et des avertissements sont donnés au Makhzen pour se réviser et revoir sa copie quant à sa position envers la région du Sud-est et la langue Amazigh. Cette région qui au lieu d'être récompensée pour la résistance de ses habitants à la colonisation française continue de voir son développement à la traîne par rapport à d'autres régions du Maroc.Tout en reconnaissant des bouts de lèvres la bravoure et la résistance des populations de la région qui n'ont plié l'échine devant les troupes françaises qu'après l'intervention de leur aviation après leur défaite cuisante à Amaglagal, (Goulmima 1930) et les batailles de Bougafer-Saghro (Alnif 1933) et de Baddou Amellago-Aghbalou n'Kardouss 1934), le Makhzen agit envers cette région comme on le ferait avec une région qu'on veut punir pour son insoumission et son refus de respecter les termes du traité du protectorat signé à Fès un 30 mars 1912 par le Sultan de l'époque. Or s'il y avait insoumission c'était contre l'occupation française qui avait imposé au Maroc et à son Sultan cette convention qui d’ailleurs l’avait poussé à abdiquer le12 août 1912, cinq mois après la signature de ce traité.

Si aujourd'hui il n’y a aucune insoumission à Goulmima et dans la région, celà ne signifie nullement que ses habitants acceptent que leur région  reste soumise à la marginalisation, à l'oubli et au manque de volonté politique du Makhzen de la doter d'infrastructures permettant son développement et sa mise à niveau. Les  tergiversations du Makhzen pour la construction d'un barrage sur Oued Ghriss qui dure depuis plus de quarante cinq ans et la mutation par mesures disciplinaires vers la région du Sud-est de certains fonctionnaires dont on ne veut plus en villes, démontre que le Makhzen veut garder la région comme un lieu de sanction et non une région à développer. Que peut-on attendre comme développement d’une région qui accuse déjà un retatard important dans sa mise à niveau et à laquelle on affecte des fonctionnaires qui font l’objet de sanctions administratives  et dont on ne veut pas ailleurs?

La sagesse des personnes âgées est en train d'être submergée par la volonté des jeunes d’en finir avec cette situation. Ils veulent que cesse le manque d'équité et le délaissement dont fait l'objet leur région! C’est l’une des raisons qui poussent les jeunes et les moins jeunes de la région à saisir n’importe quelle occasion pour manifester leur mécontentement et leur colère envers le Makhzen. La Région du Sud-est et tout particulièrement Goulmima n’est pas plus Amazigh que le sont Khénifra, Khémisset Agadir ou Nador. Alors pourquoi Goulmima est-elle le fer de lance pour la défense de la cause amazigh si ce n’est pas aussi pour manifester à sa manière au Makhzen son refus d’accepter la marginalisation dont elle fait l’objet ? Aujourd’hui c’est la cause amazigh qui sert de cheval de bataille et que les jeunes chevauchent. Demain ça sera peut-être autre chose qui sera utilisée. Qui sait où le mécontentement conduira les contestataires et quel sera le devenir de la région ?

Ceux qui nous gouvernent, ne semblent pas être conscients de ce mécontentement qui grandit de jour en jour et qui touche de plus en plus de gens de la région. Les habitants qui ne participent pas aux manifestations n’hésitent pas à leur apporter  leur soutien et à comprendre leur ras-le-bol. Les autorités ne se rendent-elles pas compte que la cocotte bouillonne, et que sa soupape de sécurité est bloquée et ne tourne plus ? Qu’attendent-ils pour faire baisser la pression ? Attendent-ils qu’elle explose, et que sa sauce se répande dans tous les coins de la cuisine ?

Ainsi va Ghriss

Washington le 18/6/2016

[Retour]