[Retour la liste]


Il est temps de passer l'offensive ! le 26/03/2016 à 10h08

La diplomatie et la société civile marocaines ne doivent plus se taire ni laisser passer des comportements hostiles à l’intégrité territoriale de notre pays par certaines instances internationales et par certaines ONG. Elles doivent être encore plus offensives qu’elles l’étaient avant ou qu’elles sont aujourd’hui.

Comment notre pays accepte-t-il que les mercenaires du Polisario aient pu être acceptés à la fois comme un mouvement séparatiste armé et bénéficier des aides qui sont attribuées aux réfugiés par les services de l’Organisation des Nations Unies ?

Les mouvements séparatistes armés de l’Irlande du Nord «IRA», les séparatistes espagnoles basques «ETA » et les séparatistes colombiens « FRAC » qui sont eux aussi des mouvements séparatistes armés ne bénéficient d’aucune aide de la part des Nations Unies. Et je suis certain que ces trois pays n’auraient jamais permis à un quelconque organisme onusien d’aider ces mouvements!

Certains me diront, que les aides attribuées au Polisario sont destinées aux sahraouis séquestrés dans les camps de Tindouf (ce qui n’est pas toujours vrai). Mais, même si c’est le cas, ces populations doivent remplir les conditions et être conformes aux règles et aux exigences de l’UNHCR (Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés) pour être qualifiées de réfugiés.

Parmi ces conditions, je me contenterais de n’en citer que deux :

1-   Permettre à l’UNHCR d’effectuer par ses agents le recensement de la population.

2-   Que la gestion du camp et la distribution des aides soient assurées par l’UNHCR.

Non seulement, ce n’est pas le cas pour ces deux règles fondamentales du statut de refugié, mais comme le reconnait lui-même le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés. Mais plus grave cette organisation internationale n’a pas manqué de signaler les détournements de ces aides en denrées alimentaires au profit des personnes qui n’ont aucun lien avec les populations sahraouies des camps, sauf celui de les voler. Quant à l’argent reçu, une grande part est détournée vers des comptes à l’étranger des dirigeants du Polisario. Malgré ce constat de vol et de détournement Ban Ki Moon ne s’est pas empêché de déclarer vouloir procéder à une collecte de fonds au profit du Polisario !

Un dicton de chez-nous dit qu’il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir ! Mais devrons-nous accepter que des Etats et des organisations humanitaires continuent de faire « 3ine mika », de ne pas voir ou de faire semblant de n’avoir rien vu?

Ignorent-ils que le Polisario est une organisation militaire qui chaque jour menace de reprendre les armes ?

Ignorent-ils que le Président de ladite RASD Mohammed Abdelaziz et son ministre des affaires étrangères Mohammed Salem Ould Salek sont respectivement natifs de Marrakech et de Tan-Tan. Deux villes de l’intérieur du Maroc qui ne font pas partie de nos provinces sahariennes que le Polisario nous revendique ?

Tout cela, ils le savent. Et s’ils n’en tiennent pas compte, c’est parce que nous ne réagissons pas comme il se doit. Notre diplomatie doit agir et être plus offensive envers les organismes internationaux et les ONG qui continuent d’apporter leur soutien et leurs aides à ceux qui se préparent pour nous combattre. L’Etat ne doit pas se suffire de sa diplomatie pour mener une offensive de grande envergure. Elle doit impliquer ses lobbies à l’étranger et  sa société civile dans cette action. l’Etat doit fournir aux associations crédibles les moyens nécessaires pour qu’elles puissent tisser des relations et expliquer encore plus aux ONG et aux nombreuses associations étrangères qui opèrent dans le domaine des droits de l’homme la justesse de notre cause et les manipulations frauduleuses des responsables du Polisario.

Ainsi va Ghriss

Washington le 26/03/2016

[Retour]