[Retour la liste]


La honte ! le 30/01/2016 à 09h55


- Honte au chef de gouvernement qui au lieu d’œuvrer pour l’union et le bon vivre ensemble de tous les marocains, fait des déclarations racistes et méprisantes à leur égard de ses concitoyens, en stigmatisant par ses déclarations irresponsables certaines tribus de notre pays. C’était déjà il y a quelques mois avec les habitants de Tétouan et maintenant c’est au tour des populations Amazigh et tout particulièrement des gens du Souss de faire les frais des dérapages vierbaux de l’incorrigible Benkiki. Honte à lui et à son ministre de l'enseignement qui ne sont même pas fait représenter aux obsèques de l'étudiant Omar Khalek a Ikniouen (province de Tinghir) alors qu'ils avaient utilisé  les moyens logistiques de l'Etat pour assister aux obsèques à Ljorf (province d'Errachidia) de l'étudiant Hasnaoui qui appartenait à une organisation affiliée au parti du chef du gouvernement (PJD).

- Honte aux Imazighens qui continuent à militer au sein d’un parti qui les renie et qui s’oppose à l’officialisation de leur langue et à la reconnaissance de leur culture..  Leur reste-t-il un gramme de fierté à ces hommes. Ces brebis égarées se rendent-elles  compte qu’elles sont conduites par un loup et non pas par un berger ?

- Honte à nos parlementaires qui ne se contentent pas des émoluments déjà élevés et des indemnités de tous genres qu’ils perçoivent, acceptent de se faire verser à vie une retraite de 8000 Dh, même s’ils n’ont siégé que durant une seule législature (5 ans). Honte pour leur comportement et leur refus d’abandonner une retraite imméritée malgré insistance et  la volonté du peuple qui les a élus. Eux qui devraient donner l’exemple en servant le peuple se sont contentés de se servir. 

- Honte au gouvernement qui ne trouve comme solution pour la reforme des retraites que d’allonger le nombre d’années de travail, sans même penser à réduire les salaires des ministres ou à augmenter le taux de cotisations de ceux qui ont des salaires faramineux. Pourquoi ne demande-t-il pas des comptes à ceux qui ont dilapidé l’argent de ces caisses par leur mauvaise gestion et par de mauvais investissements si ce n’est pas par des détournements. Faut-il rappeler que l’argent de ces caisses provient aussi des cotisations des travailleurs ? Honte à ce gouvernement qui n’a trouvé mieux à faire que de réduire les bourses des instituteurs stagiaires !

- Honte aux futurs médecins qui refusent d’exercer après leur sortie durant une période de deux années dans des zones reculées de notre pays comme si elle ne font pas partie du Maroc. Que dire alors des médecins étrangers qui pendant le protectorat, soignaient et exerçaient dans des localités de nos montagnes qui ne disposaient pas de routes, de téléphone, d’eau courante, d’électricité, de boulangerie et qui en plus ne parlaient pas la langue ? L’attrait du gain et du fric a pris le dessus sur le métier noble et humain d’un toubib ? (une pensée au Dr Rudolph Pellegrini auteur du livre « un toubib à Goulmima » qui avait exercé durant des années à Goulmima et qui chaque semaine parcourait les pistes de la vallée du Ghriss pour se rendre à Amellago, Assoul et Ait Hanni pour soigner les habitants de ces localités enclavées. Etait-il plus marocains que les médecins marocains qui refusent d’exercer dans les localités de nos montagnes ?  Certainement pas ; mais il était plus « Toubib » qu’eux !

- Honte à tous ceux qui restent passifs et qui se contentent de subir sans rien entreprendre pour faire changer les choses.

Ainsi va Ghriss

Washington le 30/01/2016 

[Retour]