[Retour la liste]


LES VOIX DE LA RAISON le 26/12/2009 à 12h21

Cette semaine Ourika a faillit encore une fois revivre le même drame qu’elle a vécu en 1995 et 1985. L’orage tombé dans la région de Setti Fadma a fait beaucoup de dégâts matériels heureusement que le système d’alerte avait fonctionné épargnant ainsi la perte de vies humaines.
Mais là au moins, la construction d’un barrage en amont est en cours, ce qui mettra après sa réalisation toute la vallée de l’Ourika à l’abri des crues de l’oued.
Pour Ghriss, on continue à faire la sourde oreille aux voix de la raison qui ne cessent d’attirer l’attention de qui de droit sur les risques d’une catastrophe humaine que pourrait encore une fois causer une crue de l’oued Ghriss.
Les Filali qui parait-il ne sont pas favorables tout au moins jusqu’aux dernières crues à la construction du barrage d’Amsed risquent d’être les premières victimes d’une éventuelle catastrophe !
La dérivation d’El Hmidate conduirait les eaux de l’oued vers des ksour en pisé qui ne résisteraient pas longtemps à une petite inondations.
Les établissements touristiques de Merzouga ne seraient pas non plus épargnés ! Les dernières crues qui ne sont pas aussi importantes que celle de 1965 ont mis à nue la vulnérabilité de nos infrastructures.
Alors messieurs les décideurs n’attendez pas qu’une catastrophe arrive pour que vous accouriez tous par diverses commissions pour essayer de comprendre ce qui s’est passé et proposer de mettre des rustines à l’image d’une chambre à air usée qui ‘’pétera’’ au moindre « aghtir » (épine) !
Ecoutez la voix de la raison et construisez un barrage à Amsed. Seule solution pour mettre à l’abri les populations de toute la vallée du Ghriss !!

Il y’a deux ans, après les manœuvres de secours conjointes des FAR et des Forces USA, simulant un débordement de l’oued Ghriss, j’avais écrit dans les colonnes de ce site que c’est louable de s’entraîner à porter secours aux populations qui seraient demain peut être les victimes d’une éventuelle catastrophe, mais  l’important est de faire de sorte à ce que de telles catastrophes ne se produisent pas en construisant un barrage sur le Ghriss.
Nous avons  tous vu ce qui s’est passé cette année. Et ce n’est pas être de mauvais augure si je vous dis que nous ne sommes pas à l’abri d’une catastrophe majeure si rien n’est entrepris.

Agadir le 04 Août 2006

[Retour]