[Retour la liste]


Touche pas mon Bac ! le 13/06/2015 à 07h00

Je commence ma chronique par une simple question : Ceux qui ont fuité les épreuves du Bac, cherchent-ils  à le dévaloriser ou à créer des troubles et déstabiliser le pays ou sont-ils des naïfs et des candides qui ne mesurent  pas la gravité de leur acte ?

Cette année encore une fois, les messages de sensibilisation passés à la télévision et à la radio contre la tricherie et le copiage n’ont pas empêchés la fuite des épreuves du bac via la page « Tassribate de Facebook. Suite à ces actes irresponsable de certains individus en mal d’inspiration, je me demande si finalement l’examen du bac sert toujours à faire la distinction entre les étudiants studieux et ceux qui ne le sont pas. La tricherie et le copiage qui étaient jadis des exceptions ont tendance à devenir la règle L’avènement de l’internet et la vulgarisation des Smartphones et de toutes sortes de gadgets électroniques rendent la tache difficile pour les pauvres surveillants qui n’y voient que du feu dans ces nouvelles méthodes de tricherie. Ceux qui gèrent la page  « Tassribate » de facebook ont défié le ministère de l’enseignement en mettant en ligne les épreuves et les solutions quelques minutes après le démarrage de l’examen le premier jour et en insérant le deuxième jour l’épreuve de mathématiques  plusieurs heures avant le début de l’épreuve. Ils justifient leur acte par leur volonté de faire plaisir et rendre joyeux et heureux les candidats et leurs parents. Drôle façon de faire plaisir aux candidats et à leurs parent en faisant douter de la valeur d'un diplome comme le Bas !  Mais rendent-ils vraiment service aux étudiants  qu'ils aident à réussir sans qu'ils aient le niveau requis et qui calent dès qu'ils entament les études du cycle supérieur ! Au lieu d'encourager l'excellence, ils encouragent le copiage qui ne fait que niveler par le bas le niveau global des étudiants. Et si pour certains il sert à dépasser la barrière du bac, il ne manque pas  de leur causer des difficultés à aller au-delà de la première ou la deuxième année après  son obtention. Même les enseignants les plus motivés finissent pas être découragés par l'attitude de certains étudiants qui comptent plus sur le copiage et la tricherie lors des examens que par apprentissage et assimilation des  leçons et connaissances qui leurs sont transmises par leurs enseignants.

Comment va réagir le département de tutelle suite à ces nouvelles fuites qui ne vont pas manquer de semer le doute quant à la valeur des diplômes marocains ? Et puis comment se fait-il que toutes les mesures ne soient pas prises pour éviter que les épreuves soient fuitées, alors que déjà l’année passée nous avions vécu de pareils désagréments ?

De nombreuses entreprises marocaines ne se contentent plus des cv et des diplômes que leur présentent les postulants à un emploi. Elles forment des commissions internes d'embauche pour s'assurer des connaissances réelles des candidats.

Pour clore cette chronique, je vous dis de ne pas vous étonner si un jour vous posez à un candidat une question du genre: Quel est le plus grand navigateur de tous les temps et qu'il vous réponde: C’est Internet explorer ! Ce qui d'ailleurs n'est pas  faux !

Ainsi va Ghriss

Goulmima le 13/06/201

[Retour]