[Retour la liste]


Mon ami Hammou me l'avait dit ! le 18/04/2015 à 11h56

Depuis les révélations faites par le leader du Parti de l'Istiqlal concernant une relation amoureuse qui existerait entre deux membres de notre gouvernement, la polygamie fait le buzz dans nos médias et réseaux sociaux ; non pas parce que c'est quelque chose de nouveau que connait notre pays, mais surtout à cause de la qualité des deux personnes que cette affaire concerne. Depuis que j'étais enfant et jusqu'à mon adolescence, j'ai toujours cru que cette pratique est réservée aux seuls hommes fortunés appartenants à des grandes tentes à cause des nombreuses taches et des travaux domestiques dont se chargeaient les femmes. Le fait pour un homme d’avoir deux ou trois épouses était en quelque sorte pour moi un signe distinctif d'appartenance à une caste supérieure. Quelques années, après, j’ai lu ce que dit le Saint Coran concernant la polygamie. Le texte coranique est clair et ne nécessite pas d’être un érudit de la Qaraouiyine pour le comprendre. Être polygame pour un homme est permis à une condition ; celle d’observer une parfaite équité entre ses épouses et ne pas avantager une par rapport à l’autre (ou aux autres). Mais l’équité ne se limite pas comme le pensent certains à revenir du souk avec un même panier de légumes et de viande pour chacune de ses épouses ou avec les mêmes habits. Ce n’est pas aussi passer le même nombre de nuits avec chacune de ses épouses. L’équité c’est aussi dans le sentiment qu’on éprouve pour chacune d’elles. Ce qui me semble pratiquement impossible. Car si on choisit une seconde, c’est qu’on la préfère à la première et si on se marie avec une troisième c’est qu’on la désire plus que les deux premières. Donc pour moi, la condition posée par le Coran pour être polygame est une condition insurmontable et de ce fait équivaut à une interdiction.

Maintenant revenons à nos deux tourtereaux du gouvernement. Si ce qu’avancent certains médias et réseaux sociaux s’avère juste, bien que ce fait rentre dans le domaine de la vie privée de ces personnes, il est mal venu et maladroit en cette période où notre pays par la Moudouwana essaie d’impulser des avancées pour les droits de la femme et de réparer les injustices qui lui sont faites.

Maintenant que ce fait divers est dans la rue et qu’il fait l’objet de plusieurs suppositions et interprétations, sans en ajouter une, je me demande si cette demande en mariage n’est pas forcée et n’intervient pas pour éviter un grand scandale qui aurait éclaboussé par sa nature tout le gouvernement que préside un islamiste ? D’après certaines informations, il semblerait que la relation amoureuse entre les deux personnes existait depuis longtemps. Bien avant que la femme soit nommée Secrétaire d’Etat, elle avait occupé le poste de chef de cabinet de son collègue ministre. Si c’était le cas,  ça serait une relation illégitime entre deux personnes mariées, donc un adultère ! Le comble, c’est que ça n’arrive pas à n’importe qui mais à un gouvernement qui avait arrêté deux adolescents qui échangeaient un baiser et à un ministre qui avait expulsé du parlement une femme journaliste qui portait un pantalon! Des contradictions entre ce que disent certaines personnes et ce qu’elles font. Heureusement que le ridicule ne tue pas !

Est-ce que maintenant,  l’affaire va-telle se calmer après le consentement de sa première femme qui l’aurait accompagné pour officialiser la demande en mariage de sa collègue ministre ? Nous le sauront dans les jours à venir. En attendant et si notre ministre après tout ce bruit garde son poste au gouvernement, il faut qu’il sache que son titre est ministre chargé des relations avec le parlement et non pas chargé d’autres relations!

Mon ami feu Hammou Nasri m’avait dit un jour : « Tu sais Ali, les affaires de cul sentent toujours mauvais ! »

Ainsi va Ghriss

Washington le 18/04/2015

[Retour]