[Retour la liste]


Ne laissons pas le chiendent (affar) envahir notre champ ! le 28/03/2015 à 12h09

 Suite aux derniers évènements terroristes que la Tunisie a connus et vu le climat de guerre et de pagaille qui sévit en Libye et au Yémen, il n’est point nécessaire que je rappelle que nous devrions être encore plus vigilants que nous le sommes. Lorsqu’il s’agit de la sécurité de notre pays, la vigilance doit être totale et la tolérance vis-à-vis des suspects nulle ! Les droits de l’homme vont de paire avec les droits de tout un chacun à vivre sans avoir peur d’être victime d’un attentat ou d’une fusillade.

Notre pays a été déclaré par les terroristes du Daech comme l’une de ses cibles.  Les éléments de notre police ne cessent de démanteler dans le pays des cellules dormantes de Jihadistes ainsi que des armes et des munitions. Le risque est plus que présent. Certains n’hésitent pas à changer de trottoir ou de se hâter de croiser un barbu habillé à l’afghane ou une femme portant une burqa noire. Parlant d’habits, les femmes qui veulent se voiler le visage, n’ont pas besoin de se transformer en « une tente noire qui marche ». En quoi une burqa noire est-elle mieux qu’une djellaba et un « Ltam » ? En quoi une gandoura noire qui n’arrive qu’aux genoux et une barbe mal taillée font-elles d’un homme une personne plus pieuse qu’une autre habillée à la marocaine ? Je ne dis pas que les personnes hommes ou femmes habillées de la sorte sont des Jihadistes potentiels, mais reconnaissons que leur tenue vestimentaire représente un signe qui génère chez beaucoup de personne la méfiance pour ne pas dire la peur. La suspicion est tellement forte chez certaines personnes au point où elles hésitent à voyager dans le même autocar que les personnes habillées de la sorte !

 Je me demande si finalement, le système surveillance et de veille sécuritaire mis en place durant l’ère Basri  que nous n’hésitions pas à dénoncer jadis n’est pas finalement un bon moyen d’assurer la sécurité de notre pays? Il est vrai que c’est embêtant qu’un « Moqadem » ou un « Chikh » vienne se renseigner sur celui qui dine chez moi, mais si c’est pour dissuader les malintentionnés de circuler et de s’installer librement là où ils le désirent, la visite de ces supplétifs de l’Etat ne me gênerait aucunement.

Sur le plan sécuritaire, même s’il faut rester vigilants je n’ai pas une grande crainte pour nos campagnes et nos maquis, les populations sont très vigilantes et le maillage des territoires par les Moqadems et les Chikhs qui informent les autorités et la gendarmerie est très efficace. Le maillon faible reste nos villes qui ont une population cosmopolite qu’on ne peut pas surveiller 24 sur 24. Même si un jour, un sécuritaire m’avait dit qu’à chaque situations spécifique, ses solutions appropriées, je continue à privilégier la prévention et si ça ne tenait qu’à moi j’imposerais des contrôles systématiques à toute personne qui imite dans sa tenue vestimentaire les terroristes. Vaut mieux prévenir que guérir dit l’adage. Il ne faut pas attendre qu’un malheur arrive ou qu’un attentat survienne pour chercher et à « ramasser » tous les suspects.  

En ce qui concerne, les marocains qui ont rejoint les terrains de conflits du Moyen-Orient, je pense qu’on doit faire la distinction entre les jeunes qui avaient rejoint les rangs de l’Armée Libre Syrienne (ALS) pour combattre le régime syrien de Béchar qui doivent être récupérés avant qu’ils tombent dans la mouvance terroriste et les têtes brûlées d’Al Qaïda et du Daech qui ont le sang des innocents sur les mains et qui ne sont récupérables que pour être derrière les barreaux.

La dernière cellule terroriste démantelée au Maroc est importante par le nombre de ses membres et par son déploiement dans une dizaine de villes du royaume. Mais les six pistolets que constituent les armes en leur possession sont loin d’égaler les Kalaches dont disposent et qu’utilisent les terroristes du Daech. Cela s’explique par le fait que ces armes soient entrées au Maroc par sa frontière avec l’Espagne à travers laquelle il est possible de camoufler et de faire passer des révolvers et des armes de petits calibres. Ça ne sera pas la même chose si nous manquons de vigilance du côté de nos frontières orientales et du sud. Le chaos qui sévit en Libye et l’existence de groupes terroristes équipés d’armes lourdes et de véhicules tout-terrain chez nos voisins de l’est doivent nous inciter à ne jamais fermer l’œil. Il y va de la sécurité des marocains et de l’avenir de notre pays ! Gardons en mémoire les attentats de Casablanca du 16 mai 2003 perpétré par 12 kamikazes, qui avaient fait 33 morts  et celui  perpétré  à Marrakech en 2011 qui avait fait 16 victimes !

Ainsi va Ghriss

Washington le 28/03/2015

 

[Retour]