[Retour la liste]


"Franciser" l'Islam ou islamiser la France ? le 14/03/2015 à 12h11

En adoptant la loi de 1905 séparant l’église de l’Etat, la France ne doutait aucunement à ce qu’un jour elle va se trouver prisonnière de sa propre loi. Cette loi qui défavorise l’Islam et qui ne permet à ses six millions d’adeptes de l’exercer dans des conditions adéquates. J’ai essayé de parcourir certains articles de cette loi; à chaque fois qu’ils évoquent les lieux de culte, ils ne désignent que les cathédrales, les églises, les chapelles, les temples, les synagogues, les archevêchés, les évêchés, les presbytères les séminaires et point de mosquées. Il est vrai que lorsque cette loi a été promulguée, il n'y avait en France que peu de musulmans qui vivaient discrétement leur foi et étaient plus occupés à gagner leur vie que de s'occuper des affaires religieuses. Sans être un islamologue ni un donneur de leçons en ce qui concerne la situation de l'Islam en France, rien qu’en suivant l'actualité et ce qui se fait pour trouver une solution à ce que vivent les musulmans de l’hexagone, je peux dire sans trop me tromper qu'à mon avis, ce que les autorités françaises font, ne solutionnera aucunement le problème posé.

La majorité pour ne pas dire la totalité des musulmans de France ou qui y vivent, sont originaire du Maghreb et de l’Afrique noire sont des Sunnites. Et le sunnisme n’a pas de hiérarchie religieuse contrairement aux Chiites qui sont hiérarchisés en Mollah et en Ayatollah. Vouloir créer en premier un Conseil islamique de France c’est vouloir mettre la charrue devant les bœufs, pour ne pas dire "ils battent le bat et oublient l’âne". Ce dont les musulmans ont besoin, se résume en premier lieu à une seule revendication qui est celle d’avoir des lieux décents et fonctionnels pour l’exercice de leur religion. Aux entraves et aux embuches de certains Maires qui refusent la construction de mosquée dans leur ville tout en refusant aux fidèle de prier dans la rue, vient s’ajouter, la  position de l’Etat Français qui se cachant derrière la loi de 1905 dont l’article 2 stipule entre autre: « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ». Ce qui serait normal si le Christianisme et le Judaïsme sont aussi "démunis" que l’est l’Islam. Or nous savons que ces deux premières religions disposent d’un énorme patrimoine qui leur permet de financer leurs projets sans faire appel à l’Etat ou à des financements étrangers. Donc de deux choses l’une, soit il faut amender cette loi par un article autorisant l’Etat à travers ses Conseils Régionaux à construire des mosquées là où le besoin se fait sentir, soit autoriser les musulmans de France à recevoir des contributions étrangères pour financer la construction de leurs mosquées, quittes à ce que l’argent collecté transite par fond qui serait créé et contrôler par l’Etat.

Reste une troisième possibilité qui ne manque pas de bon sens et ne couterait pas grand-chose à l’Etat mais qui sans aucun doute ferait sortir dans la rue les nombreux islamophobes de France: Puisque les juifs, les catholiques et les musulmans prient pour le même Dieu, pourquoi ne pas permettre aux musulmans d’effectuer leurs cinq prières dans les églises et les synagogues, puisque pour eux, elles sont des maisons de Dieu au même titre que les mosquées. Ce qui en France garantirait une bonne fréquentation de ces nombreux lieux de culte qui d’année en année deviennent de moins en moins fréquentés par leurs paroissiens.

Ainsi va Ghriss

Washington le 14/03/2015

[Retour]