[Retour la liste]


Le pont maudit ! le 13/12/2014 à 08h42

Au fait je ne sais pas si c’est le pont du passage dit "passage Hammou" et non (pont de Oued Cherrat comme annoncé) qui est maudit ou si c’est la politique qui l’est ? 

En l’espace d’un mois, deux personnalités politiques marquantes de notre pays ont trouvé la mort dans cet endroit  des Zyayda. S’il est vrai qu’un jour : sans savoir quand ni comment, nous partirons tous, certains départs nous laissent perplexes et nous interpellent !

Il y a un mois Ahmed Zaydi, grande figure politique, député et ex-président du groupe de l’USFP au parlement, meurt «bêtement» noyé sous un pont à quelques kilomètres de sa ville natale qu’est Bouznika. Vingt huit jours après au même endroit et pendant le même jour (un dimanche), Mr Abdellah Baha, ministre d’Etat et tête pensante du PJD se fait tuer par un train. Le premier sous le pont du passage Hammou et le second sur le pont du même oued !

Bizarre comme coïncidence et bizarre comme destins !

Ce pont d’oued Cherrat, est-il maudit ou c’est la politique qui l’est ?

Doit-on interdire à nos hommes politiques d’emprunter ce chemin ou doit-on demander à notre gouvernement de détourner le cours d’eau et de déplacer la voie ferrée pour épargner les vies de nos hommes politiques ?

C’est vrai que ce pont n’est pas à ses premières victimes. De nombreuses personnes anonymes ont succombé à cet endroit. Mais la qualité des deux dernières victimes et surtout les circonstances de leurs morts ont du mal à être crues tellement elles paressent invraisemblables pour ces deux hommes dont le parcours politique semé d’embuches, avec ses croche-pieds, ses jalousies et ses hypocrisies a appris à être méfiants et regardants !

Sont-ils morts de la manière qui a été déclarée par les autorités compétentes ? Se sont-ils suicidés comme l’avancent certaines personnes ? Ou ont-ils été tués comme on le murmure et comme quelques internautes le font circuler dans les réseaux sociaux ? La question reste posée pour de nombreuses personnes.

Savoir ce qui s’est vraiment passé reste difficile, surtout dans un milieu et un environnement où la politique est plus que présente. La politique, qui est une science inexacte truffée de mensonges et habillée d’hypocrisie et de non-dits. Si les sciences mathématiques que nous pensons exactes ont leurs probabilités, que dire alors des sciences politiques qui se basent plus sur la subjectivité que sur la rationalité et le bon sens ? Croire ce que disent les adeptes de ces sciences n’engagent que ces derniers et ceux qui les croient !

 Ce qui est sûr et certain, c’est qu’Ahmed Zaydi est mort et qu’Abdellah Baha l’est aussi. Comment sont-ils morts ? N’attendez pas de moi une réponse à cette question que se posent de nombreux marocains. Car je ne comprends pas comment un corps qui était debout et qui fut heurté de plein fouet par un train se trouve « scisaillé » en deux parties ? Raison pour laquelle, j’userais de la formule qu’utilisait ma défunte grand’mère qui disait : «Allah ou3lam» (Dieu sait) ! Elle l’avait déjà dit pour les morts d’Addi ou Bihi, de Benbarka, d’Oufkir et de Dlimi !

Ainsi va Ghriss

Goulmima le 13/12/2014

[Retour]