[Retour la liste]


Jusqu'à quand je pourrais contenir ma colère ? le 29/11/2014 à 06h37

 Depuis une semaine, tout le Ghriss, de son amont à son aval vit des jours difficiles, la peur dans le ventre.  Des jours difficiles pour ceux qui ont vu sans pouvoir rien faire, leurs cultures, leurs arbres emportés par la crue. Ceux qui ont vu leurs maisons s’écrouler et qui passent les nuits sous des abris de fortune. Ceux qui impuissants attendent des heures et des heures dans des véhicules sans manger ni boire à cause des routes coupées par les crues des oueds ou par l’effondrement des ponts dont les constructions n’étaient pas conformes aux cahiers de charges ou au respect des règles de l’art !

Il est vrai qu’on ne peut pas luter contre la nature, qu’on ne peut pas arrêter, la pluie, la grêle ou la neige et éliminer tous les dégâts que les intempéries causent. Mais à défaut de les éviter on peut les atténuer et on peut assurer la protection des personnes et de leurs biens.

Est-ce que ce n’est qu’aujourd’hui qu’on découvre que les crues de oued Ghriss sont désastreuses ?

Bien sûr que non !

Faut-il rappeler que oued Ghriss comme oued Ziz, avait connu en 1965 une crue qui avait fait des victimes, avait emporté des animaux et avait dévasté les cultures et les champs ?

Ne faut-il pas se rappeler du discours prononcé par feu Hassan II, qui en lançant la construction du barrage sur oued Ziz avait déclaré que des barrages seront construits également sur oued Ghriss et oued Guir ?

Un demi-siècle après cette annonce, nous sommes toujours dans l’attente de voir cette promesse se réaliser. Une attente qui dure et qui dure. Une attente qui commence à nous désespérer et se transformer en colère. Et pourtant, les habitants de la vallée de Ghriss n’ont jamais cessé de demander la construction du barrage et le désenclavement des localités de leurs montagnes. Quant aux infrastructures, le peu de chose qui a été fait a été si-mal fait qu’un jour de pluie suffit pour qu’il soit emporté ou qu’il dévoile la tricherie de ceux les ont construit. Les contrôles des ouvrages n’est que rarement fait. La corruption et les remises des enveloppes font taire ceux qui ont le pouvoir et qui doivent refuser la réception d’ouvrages non conformes.

Comment contenir notre colère alors que nous avons alerté à plusieurs reprises les autorités et les parlementaires de ce qu’encoure notre contrée si rien n’est entrepris. Nous avons médiatisé via la presse, la télé et les réseaux sociaux les risques d’une catastrophe majeure qui guète à chaque crue notre vallée ! Nos avertissements sont ignorés, comme si les responsables  attendent que nous soyons blessés pour qu’ils accourent avec du mercurochrome ; ignorant que ce sont nos cœurs qui sont blessés ! 

Que cherchent nos responsables et ceux qui nous administrent ?

Veulent-ils continuer à ignorer nos doléances et nos souffrances et nous pousser à commettre la faute ?

Jusqu’à quand vont-ils continuer à faire la sourde oreille aux appels et aux doléances des habitants de notre contrée?

Jusqu’à quand vont-ils continuer à détourner leurs têtes pour ne pas voir la précarité des populations et les conditions de vie difficiles des gens du sud-est du Maroc?

Je crie ma colère et je ne suis pas le seul à le faire. D’autres personnes qui ne sont pas ingrates envers leur bled et qui doivent beaucoup à Ghriss le font aussi, chacun à sa manière.

Et si je crie ma colère, c’est tout simplement parce que j’ai peur. Oui j’ai peur, pour mon bled, et pour mon pays !

Ainsi va Ghriss

Goulmima, le 29/11/2014

Ci-après quelques écrits et actions que j’ai entrepris pour plaider la cause de ma contrée.

OUED GHRISS, UNE BENEDICTION ET UN MONSTRE A LA FOIS !

Après ce que vient de connaître encore une fois notre région suite aux intempéries atmosphériques, je vous relate ci après ce qui a été fait et ce qui a été écrit à ce sujet

Je commencerai par la pétition signée par plus de 5000 personnes suivi du reçu de sa remise à la primature ;

Suivront ensuite des écrits de certains Ghrissois ainsi que mes chroniques qui ont traité cette problématique et des photos que j’ai prises pour montrer l’érosion subie par les berges de l’oued;

Qu’on ne vienne pas nous dire que la société civile et que les associations n’ont pas tiré la sonnette d’alarme et averti les autorités compétentes de ce qui peut advenir les mettant ainsi devant leurs responsabilités. (Ali Ouidani Goulmima)

 

PETITION REMISE A Mr LE 1ER MINISTRE LE 07/04/ 2007

POUR LA CONSTRUCTION DU BARRAGE

Monsieur Le Premier ministre,

Horrifiés par  les pertes humaines et les dégâts importants et irréversibles  causés par oued Ghriss (province d’Errachidia à chacune de ses crues);

Révoltés par la perte des terres arables déjà maigres des oasis qui constituent la source de vie pour les populations locales;

Vu le gâchis de millions de mètres cubes d’eau des crues de l’Assif n’Ghriss qui se perdent dans les sables du désert alors que des milliers d’hectares de terre cultivable sont restés arides par manque d’eau;

Vu la baisse du niveau de la nappe phréatique qui alimente les séguias et qui à leur tour assurent l’irrigation des palmeraies

Convaincus que la construction du barrage est le principal levier qui permettra un décollage économique de toute la région.

Conscients qu’à partir du moment où la palmeraie n’arrive plus à subvenir aux besoins vitaux de la population, la seule alternative pour éviter son exode reste le développement durable qui est conditionné par l’édification du barrage et la mise en valeur des terres cultivables.

Pour toutes les raisons citées plus haut, nous soussignés, demandons à Monsieur le Premier Ministre de tout mettre en œuvre pour  que la construction du barrage de Oued Ghriss soit entamée dans les meilleurs délais possibles.

Les catastrophes que notre région a connues à deux reprises cette année sont encore une fois s’il le faut la preuve pour rappeler l’urgence de mettre en sécurité et à l’abri les populations,  leur cheptel ainsi que  leurs terres et cultures.

 « Vivre en sécurité qui est un droit des Populations est également un devoir pour le Gouvernement ».

                                                                                       Ali Ouidani

Président de l’Association Arraw N’Ghriss

 

 

MESSIEURS DE LA COMMISSION, VOILA CE QUE LA REGION DEMANDE !

Sur instructions royales, une première commission ministérielle s’est  rendue dans la province d’Errachidia pour voir de visu les dégâts causes par les débordements des Oued Ghriss et Ziz.

Le ministre de l’intérieur a déclaré qu’une deuxième commission se déplacera pour étudier le besoins des populations.

Et même si ma voix ne représente que ce qu’elle représente, c'est-à-dire Moi, elle s’élève pour dire aux membres de la future commission :

Les besoins pour ma région sont nombreux et multiples mais le plus urgent et le plus important  reste: LA CONSTRUCTION DU BARRAGE D’AMSSED

  • Ø Le barrage  épargnera les vies humaines et le cheptel des habitants;
  • Ø Il sauvegardera nos palmeraies et évitera l’élargissement du lit de l’oued aux dépends des terres cultivées;
  • Ø Il sera un levier de développement socio-économique de toute la région.

 

LE PIRE EST A VENIR !!

Souvenez-vous, il y’a deux ans, après les manœuvres conjointes des FAR et des Forces USA, simulant un débordement de l’oued Ghriss, j’avais écrit dans les colonnes de ce site que c’est louable de s’entrainer a porter secours aux population suite a d’éventuelles inondations qui surviendraient, mais que l’important est de faire de sorte a ce que de telles catastrophes ne se produisent pas en construisant le barrage sur le Ghriss.

 Je ne prends pas même si ils sont évidents les aspects économiques de cet ouvrage, car devant les risques de pertes humaines ils deviennent accessoires !

Nos élus, nos autorités, nos associations, vont ils bouger et prendre le taureau par les cornes en saisissant  qui de droit ou va-t-on attendre jusqu’a ce que « les eaux nous emportent » (wakha oussinagh wamane yadn !).

Si rien n’est fait, je vous dis que le pire est à craindre pour les années à venir. Les uns ont eu le Tsunami, évitons que notre région connaisse un «Assifani »

Et si les chèvres veulent continuer à avoir peur des chacals, c’est leur problème. Moi aux chacals je dis, Tozzzz !

Ainsi va Ghriss

Mai 2006

 

SAUVEZ NOTRE PALMERAIE, SAUVEZ LOULOUF !

Je profite de l’envoi par mon ami Moha Allali de cette photo qui met en évidence les effets  désastreux qui sont provoqués par les crues de l’Oued Ghriss, pour vous présenter une série de photos que j’ai prises en 2001, et que j’avais insérés dans le site pour attirer l’attention de qui de droit sur cette menace qui met en péril une partie de notre palmeraie.

Hélas, mes appels et mes avertissements sont restés lettres mortes ! Peut être que les personnes responsables des affaires publiques avaient d’autres priorités comme l’élagage des eucalyptus.

Mais bon, on continue à réagir comme le faisait jadis la cavalerie américaine au Far West. Elle arrive avec tout son tralala une fois la bataille terminée !

La culture de la prévention et de l’anticipation n’est  pas encore ancrée dans la mentalité de ceux qui doivent veiller sur notre sécurité et sur celle des biens de la population

Ainsi va Ghriss 

[Retour]