[Retour la liste]


Gentillesse n'est pas faiblesse ! le 18/10/2014 à 08h04

 Les responsables du football africain sont-ils allés trop loin en accordant une fin de non-recevoir à la demande formulée par le Maroc pour le report de la Coupe d’Afrique des nations de football (CAN-2015) prévue du 17 janvier au 8 février dans le royaume. 

Ont-ils oublié que notre pays a affiché sa solidarité envers les pays touchés par l’épidémie, en accueillant sur son sol une rencontre entre la Guinée et le Ghana ?

Oublient-ils que dans le cadre de la solidarité avec les pays touchés par l’épidémie, le royaume est également le seul pays, via sa compagnie nationale aérienne Royal Air Maroc, à maintenir des liaisons aériennes avec les pays touchés par cette épidémie ?

Laisser entendre que si le Maroc refuse le maintien de la date du 17 janvier, ils demanderont à l’Afrique du Sud d’organiser la compétition, n’est pas amical envers un pays qui ne veut qu’éviter tout risque de propagation d’ibola.

Le Maroc est un pays d’Afrique fier de son africanité. Il n’a jamais manqué d’apporter son soutien aux pays africains, ni marchander les aides qu’il leur apporte. Pays hospitalier, il a procédé dernièrement à la régularisation de la situation des milliers de clandestins africains malgré la conjoncture difficile que traverse le pays en ces temps de crise. D’ailleurs ceux visitent nos villes n’ont pas manqué de remarquer le grand nombre de ces personnes venue d’Afrique subsaharienne qui sont jeunes, bien portantes qui peuvent travailler pour gagner de quoi se nourrir et qui se contentent de tendre la main dans les ronds-points et croisements de nos villes comme si le pays n’a pas déjà assez avec ses mendiants !

Si notre pays a certes besoin de pays africains, ces derniers ont besoin aussi du Maroc. Je dirais même qu’ils ont plus besoin du Maroc que ce dernier a besoin d’eux.

Hospitalité et solidarité oui, mais point de faiblesse ; et non au chantage ou à ce qui lui ressemble ! La santé et la sécurité sanitaire des marocains et des étrangers qui vivent sur son sol passe avant tout événement sportifs aussi prestigieux qu’il soit. Et si les dirigeants du football africains veulent faire jouer la CAN en Afrique du Sud ou aux iles Maldives, qu’ils le fassent. Faut-il encore que ces pays acceptent de faire prendre le risque à leurs habitants !

Le graphique établi par une équipe scientifique de l’université de Boston, estimant  un pourcentage de 30% de probabilité de voir arriver au Maroc d’ici fin novembre un patient atteint par le virus ibola, provenant d’une destination étrangère est à prendre au sérieux !

Certes, le risque zéro n’existe pas, mais ne dit-on pas chez nous « li tkhalik, khaliha ! »

Ainsi va Ghriss

Marina Beach  le 18/10/2014

[Retour]