[Retour la liste]


Le danger est nos portes ! le 27/09/2014 à 07h41

Je ne vais pas faire l’éloge des personnes qui ont administré le Maroc durant les années de plomb. Les séquelles et les blessures causées par ces années ne sont pas totalement cicatrisées pour être oubliées. Néanmoins même si ce que je vais écrire, ne va pas plaire à beaucoup de gens, je l’écrit puisque je le pense.

Vous conviendrais avec moi que tous les pays de la planète connaissent actuellement quelque soit leur puissance ou leur grandeur des bouleversements ou des tentatives de déstabilisation ou de sécession.  

Des mouvements terroristes qui se donnent des qualificatifs religieux, qui n’ont rien de religieux que leur qualificatif, foisonnent partout et n’ont qu’un seul but, celui de semer la peur et l’anarchie en terrorisant les populations, en procédant à des enlèvements et à des décapitations de gens qui des fois ne sont pour rien à part d’être sur leur chemin au mauvais moment et au mauvais endroit.

Ce qui se passe en Iraq et en Syrie doit nous inquiéter. Non seulement par la sauvagerie des actes que commettent dans ces pays ces groupes de terroristes, mais par le fait que ces groupes comprennent des milliers de jeunes de différents pays y compris le nôtre  qui combattent auprès de ces terroristes.

L’assassinat mercredi passé en Kabylie d’un touriste français par un groupe de terroristes qui porte le nom de «soldats du califat » rallié au Daech doit nous interpeler et nous faire comprendre que notre pays n’est pas à l’abri si nous manquons de vigilance.

Grande vigilance car le chef de Dash n’a pas manqué de s’en prendre et de menacer directement notre pays et puis vigilance car le Maroc abrite de nombreux ressortissants des pays qui font partie de la coalition qui combat les terroristes en Iraq et en Syrie.

Que faut-il faire et que faut-il entreprendre pour se prévenir de toute attaque de ces terroristes?

Tout en mettant en alerte nos services de sécurité et notre armée, il faut réactiver et renforcer le réseau mis en place par feu « Basri » et mettre en « branle » les supplétifs et les agents du ministère de l’intérieur que sont les Moqadem, les Chyoukh, et pourquoi pas les indicateurs. La situation est tellement grave qu’il ne faut rien négliger.

Les déclarations visant notre pays par les groupes de terroristes et l’existence sur notre sol de personnes et d’intérêts économiques étrangers peut attirer ces « fous d’Allah » afin de perpétrer des actes terroristes.

Si le monde vit depuis 2008 une crise économique et financière et qui heureusement commence à s’esttomper, il entre dans une phase plus délicate et plus risquée à savoir des tentatives de dislocation de certains pays. Ces tentatives ne touchent pas seulement des pays sous développés ou en voie de développement mais également certains grands pays et certaines nations développées.

Que sera le monde dans un futur proche ?

Personne ne peut prétendre le savoir. L’intangibilité des frontières qu’on croyait comprises et digérées par tous les états a volé en éclats avec l’occupation et l’annexion de la Crimée  par la Russie. La dislocation de la Libye et de l’Iraq ne présagent rien de bon et les coupeurs de têtes de Daech du Moyen-Orient provoquent des exodes de populations à une échelle que le monde n’a pas connue depuis le conflit des Balkans.

Qu'en est-il de notre pays ?

Al Hamdou li Allah comme dirait n’importe quel marocain. Tout en observant notre vigilance, rendons hommage même si ce n'est qu'une fois à celui qui a mis en œuvre notre système sécuritaire  qui permet à nos populations de ne pas vivre la crainte et la psychose que vives les populations de certains pays

Ainsi va Ghriss

Fès le 27/09/2014

[Retour]