[Retour la liste]


Israel met de l'eau dans sa Mahiya ! le 16/08/2014 à 07h11

 Pourquoi les dirigeants israéliens sont obligés de mettre de l’eau dans leur vin ? 

Vous avez certainement remarqué le changement de ton du gouvernement israélien vis-à-vis des Palestiniens et du Hamas que certains chefs militaires israéliens n’hésitent plus à qualifier de combattants qui ne manquent pas de courage.

Fini pour Israël le temps où ses soldats se permettaient de faire des incursions dans les territoires palestiniens, de casser l’arabe et de revenir sains et saufs dans leurs casernes !

Quelque soit le prix pour les palestiniens en hommes et quelque soit l’ampleur des dégâts des infrastructures subis lors de la confrontation en cours avec Israël, je peux dire sans trop me tromper que les palestiniens ont réussi un grand coup qui obligera les israéliens à reconsidérer leur position vis-à-vis des palestiniens et du Hamas.

L’armée israélienne (Tsahal) n’est plus une armée invincibilité. Son incapacité à faire taire les roquettes du Hamas malgré son système interception et le nombre de ses pertes en homme prouve sa vulnérabilité. Mais ce qui obligera Israël à trouver une issue au conflit est à mon avis dans la perspective d’une éventuelle future confrontation.

Souvenez-vous, il y a quelques années, les « pétards » palestiniens n’avaient qu’une portée de quelques kilomètres et n’inquiétait guère les populations israéliennes. Aujourd’hui, les données ont changé. Les roquettes peuvent toucher tout le territoire israélien. C’est vrai que les roquettes du Hamas manquent de précision ; mais ce n’est qu’une question de temps ; les palestiniens connaissent ce qui leur manque pour faire encore plus de mal à Israël et certainement qu’ils vont travailler leurs armes pour les rendre plus précises.

Si les palestiniens continuent de payer cher comme toujours leur confrontation avec Israël, cette dernière commence à se rendre compte que le feu avec lequel elle joue, va bientôt la brûler. Ses pertes humaines, la psychose que vivent ses habitants et le manque à gagner subit par leurs nombreux secteurs d’activité ont eu raison de leur arrogance et de leur refus de trouver une solution à leur conflit avec les palestiniens.

Un signal fort leur a été adressé lorsque les américains et les européens avaient suspendu durant quelques jours leurs vols de et vers Israël. Il suffirait qu’une roquette du Hamas tombe sur le tarmac de l’aéroport de Tel-Aviv ou touche un avion de ligne, ce qui n’est guère impossible, vu que cet aéroport comprend une base militaire,  pour que le trafic aérien arrivant ou allant vers Israël soit suspendu et posera d’énormes problèmes à Israël !

Le palestinien, d’aujourd’hui, n’est pas celui de 1948, ni celui de 1967 ou de 1973 comme semblent le croire les Israéliens. Chaque année pour ne pas dire chaque jour qui passe, rendra les demandes palestiniennes qui sont d’ailleurs justes, plus fortes et plus exigeantes. Et Israël doit méditer le dicton qui dit : "A force de vouloir tout avoir, on finit par tout perdre"!

Pour finir, je dirais que si les dirigeants israéliens veulent éviter de récolter dans quelques années les fruits du carnage commis à Gaza, ils doivent non seulement répondre favorablement à toutes les demandes des palestiniens mais s’associer à eux pour reconstruire Gaza et surtout accomplir un accompagnement psychologique des enfants traumatisés. Car ces petits enfants de Gaza qui seront les hommes de demain auront du mal à oublier et à pardonner ce dont-ils sont témoins à savoir le massacre de leurs parents et de leurs proches par l’armée israélienne.

Ainsi va Ghriss

Marrakech le 16/08/2014

[Retour]