[Retour la liste]


LA MALEDICTION DUN KSAR le 26/12/2009 à 11h56

Depuis les premières élections législatives Ighrem N’Igoulmimn n’est jamais arrivé à faire élire un de ses fils au parlement pour représenter le Ghriss.
Ijyal s’est fait représenter à deux reprises par :
Benhachem FAIQ et Sidi Moh IZIG
Afrekla par Mohamed DAHMI
Amagha par Mohamed HAMMA
Waqqa par Sidi Moh OUMAMI
Errachidia Par Ali ELFELLAH (rien à voir avec Ghriss)
Ain Chiir Par My Hachm OUFKIR (rien à voir avec Ghriss)

Sans faire  preuve de pessimisme je parie que les prochaines élections seront comme les précédentes  
Plusieurs candidats du ksar se présenteront et s’élimineront mutuellement en se partageant les voix des Ghrissois
Les « dealers » à la solde des nababs étrangers à Ghriss et aux poches pleines useront de tous les moyens illégaux pour faire passer leurs commanditaires en achetant les voix des pauvres gens.
Ghriss sera représenté par quelqu’un de Rich, d’Errachidia si ce n’est de Tarda ! si le découpage électoral reste comme il est.
Aux commentateurs et analystes avertis, de la chose Ghrissoise je demande de m’aider à comprendre:
Pourquoi nous sommes le seul ksar à présenter   plusieurs candidats à chaque élection législative?
Pourquoi ne fait-on pas valoir les qualités de nos candidats ?
Pourquoi laisse t on les démarcheurs de voix opérer impunément alors que nous savons qu’ils marchandent les voix des petites gens ?
Pourquoi on nous compare à Al Hotaîa qui après avoir haï tout son entourage se hait lui même (kobiha wajhoune wa kobiha hamilouhou) ?
Pourquoi sommes nous les seuls à ne pas nous réjouir de la réussite d’un des nôtres ?
Pourquoi nous privilégions l’esprit conflictuel à l’esprit de réconciliation et d’acceptation de l’autre ?
Pourquoi ne  fait on rien pour rapprocher les différentes composantes de notre population ?
Pourquoi chez nous l’esprit individualiste prend il le dessus sur l’intérêt général et l’intérêt de la communauté ?
Engageons sans langue de bois un débat responsable et trouvons ensemble des actions correctives à nos nombreuses non qualités.

[Retour]