[Retour à la liste]


Au delà de toutes les grâces ! le 10/08/2013 à 06h24
Faut-il s'étonner de ce qui est arrivé suite à la grâce royale accordée puis retirée au sieur Daniel Fino Galvan.
Sincèrement, je dis non.
Car si cette bavure est tombée sur la libération du violeur espagnol, cela aurait pu arriver dans n'importe quel autre domaine si ceux qui entourent le roi n'accomplissent pas comme il se doit leur fonction de conseillers.
Notre roi, aussi aimé et aussi sacrée que soient sa personne et sa fonction, reste un humain comme nous autres. Et comme tout humain il est susceptible de se tromper. Et c'est pour éviter et minimiser l'éventualité de prendre une décision non adéquate qu'il s'entoure de nombreux conseillers. Faut-il encore que ces personnes aient assez de courage pour ne pas se contenter de s'incliner et de dire ''n3am Sidi'', mais de remplir leur mission de conseillers à savoir informer le souverain de la justesse des décisions qui vont être prises, car Ils sont sensés être plus proches des populations et doivent ''sentir''le pouls de la rue mieux que quiconque.
Aimer et respecter son roi, c'est lui dire la vérité et lui d'écrire la situation telle qu'elle est et non lui mentir ou lui cacher se qui se passe sur le terrain.
Me revient a l'esprit ce qui a été fait lors d'une visite de feu Hassan II a Erfoud ou pour cacher au souverain la sécheresse qui avait affecté la région certains responsables trop zélés avaient peint en vert les palmes des palmiers plantés au bord de la route et qui commençaient a jaunir !
Les temps ont changé, les mentalités doivent évoluer au moins a la même cadence si ce n'est plus vite que l'évolution technologique  de notre ère.
Si a chaque fois que le roi visite une ville les gens se bousculent pour lui remettre des lettres, c'est aussi pour informer le souverain de certaines affaires qu'ils pensent qu'elles lui sont cachées.
Il m'est arrivé et certainement comme a d'autres marocains, de dire : ''Ah si je pouvais dire ça au roi'' !
Et si nous ressentons cette envie c'est que nous avons le sentiment que le souverain n'a pas été informé de la situation.
Ceci étant dit, ce qui est fait est fait. Il reste maintenant à tirer des leçons de ce malheureux événement non seulement en y apportant des actions correctives pour éviter que de telles bévues se répètent mais en revoyant l'organisation de l'entourage du roi ainsi que les circuits et la circulation de l'information dont le dysfonctionnement est mis à nu par l'affaire du pédophilie espagnol.
Cette affaire a révélé la discordance des déclarations des ministres de la coalition gouvernementale qui ont fait preuve d'un manque manifeste de solidarité en se lavant les mains les uns après les autres de ce qui est arrivé.
Si j'avais la possibilite de m'adresser au roi, je lui dirais: Majesté entourez-vous des gens qui ne se contentent pas de vous dire ''n3am Sidi'' mais qui vous décrivent la situation telle qu'elle est et qui peuvent oser vous contredire si c'est dans votre intérêt ou dans l'intérêt de votre pays. Les béni oui oui n'ont jamais été de bons conseillers.
Ainsi va Ghriss
Goulmima le 10/08/2013

 

[Retour]