[Retour ŕ la liste]


Quand va-t-on rétablir la vérité ? le 23/03/2013 à 08h09

Je reviens encore une fois sur ce qu’on appelle « L’affaire Addi ou Bihi » pour exprimer mon étonnement que 55 ans après cet événement rien n’est fait pour rétablir la vérité.  Il y a 4 ans j’avais adressé une lettre ouverte à son petit fils qui était parlementaire et qui porte le même prénom que lui pour lui dire de tout entreprendre pour réhabiliter son grand père et ses compagnons d’armes, hélas mon appel n’a pas trouvé une ouie attentive. Je ne comprends pas comment accepter qu’on continue à dire que Addi ou Bihi et ses hommes avaient participé à une insurrection contre le palais alors que leur action qui était dirigée contre l’istiqlal qui voulait instaurer un régime républicain en imposant au pays un système de parti unique comme en Egypte de Nasser et comme l’ont fait les dirigeants du Baath en Syrie , était pour protèger le palais.

Si Addi ou Bihi et ses hommes tous originaire de la région du Tafilalet voulaient tenter un coup de force contre la monarchie, ils auraient décidé de se diriger sur Rabat et non vers Fès qui était le siège du parti de l’Istiqlal.

J’avais presque 10 ans et je me souviens biens de ce que clamaient haut et fort les adhérents de ce parti qui disaient que le leader politique du Maroc était Allal Fassi.

Mon grand-père comme d’autres hommes de la région n’avaient pas hésité un instant à répondre oui  à l’appel de Addi ou Bihi pour aller défendre le palais et montrer aux istiqlaliens de Fès qu’ils n’hésiteraient pas à passer à l’action pour défendre leur roi/

Addi ou Bihi grand baroudeur n’acceptait de recevoir d’ordre que de son roi par l’intermédiaire de Lhoussain El Youssi qui était ministre de l’intérieur. ou par l’intermédiaire d’hommes sûres Il n’est pas impossible que c'est El Youssi qui aurait suggéré au roi  que Addi ou Bihi entreprenne une démonstration de force et d’intimidation en menaçant d’occuper Fès et d’éliminer tous les leader du parti de l’Istiqlal . Et c’est ce qui allait être entrepris si les leaders de l’istiqlal voyant la determination de Addi ou Bihi n’avaient pas demandé au roi d’intervenir auprès de son fougueux gouverneur pour qu’il arrete son action. Le but étant atteint le souverain dépêcha alors le maréchal Kettani et le Général Madbouh qui était gouverneur à Ouarzazate  pour ordonner à Addi ou Bihi de déposer les armes

Pour sauver la face aux leaders de l’Istiqlal, on qualifia d’insurrection l’action de Addi ou Bihi et fut condamné à la peine capitale par un tribunal constitué de juges tous  fassis et appartenant au parti de l’Istiqlal. Mais finit ses jours en résidence surveillée dans une villa chic de Rabat. Son fils fut à plusieurs reprises parlementaire et après son fils, son petit fils

Je ne dis pas que Addi ou Bihi était un ange et qu’il était sans reproches. Avant qu’il devienne gouverneur, il était le grand caid d’Ait Izdeg durant le protectorat et avec ses troupes avait combattu aux côtés des troupes françaises  contre les hommes d’Ouskounti à Baddou et contre ceux de Assou ou Baslam durant la campagne de Saghro.. Mais il est temps de rétablir la vérité et de reconnaitre que l’action de Addi ou Bihi a sauvé la monarchie et a évité à notre pays de connaitre la dictature du parti unique.

Aussi soit la compensation dont auraient bénéficié les descendants d’Addi Ou Bihi, seule sa  réhabilitation  et celle de ses hommes lavera l’affront qui leur est fait.

Ainsi va Ghriss

Goulmima le 23/03/2013

[Retour]