[Retour à la liste]


Le Maroc des prénoms – La Russie et Le Sahel le 02/03/2013 à 09h55

Dans cette chronique du début mars, j’ai opté d'écrire quelques lignes sur les sujets suivants

 -         Le Maroc des prénoms

 -         Le retour en force de la Russie

 -         Le Sahel

 Le Maroc des prénoms

Dis-moi ton petit nom, je te dirais d’où tu es !

Il y’avait dans le temps des cartes du Maroc sur lesquelles étaient portées les noms des tribus qui habitaient les différents territoires.du pays On y voyait des inscriptions telles que « Territoire  Zayane pour la région de Khénifra. Ait Atta, pour le territoire allant de Taous à Zagora, Ait Morghade sur le territoire couvrant Ghriss Taghya, Aferkla , Aghbalou et Msemrir, et c’est comme ça pour les différentes régions du Maroc

Ces types de cartes ont disparu. Peut-être pour ne pas afficher l’esprit d’appartenance tribal et communautaire chez les jeunes. Ce qui est compréhensible même s’il n’est pas trop convaincant. Et c’est ainsi que chaque région à ses tribus et chaque tribu a dans chaque domaine ses spécificités et compris dans le choix des noms de ses membres.

Bouchaib ou Chaibiya  sont des prénoms majoritaires chez les Doukkala. Abdeslam chez Jbala, Houari et Kader cher les oujdi, Haddou chez les Zemmour , Moha commun aux imazighen, Moh, Lahoucine chez les Soussis. Zidane chez les Meknassi, Sékou, Hro chez les Ait Marghade, Baha  Barka chez les Ait Atta, Rahal, chez les Bni Meskine, Hajjaj chez les Mzab  Maati chez les Settati etc.

Tous ces prénoms de chez-nous sont malheureusement moins utilisés pour ne pas dire abandonnés. Ils sont remplacés par des prénoms qui nous arrivent du Liban d’Egypte et même de Turquie

Je parie que depuis plus de dix ans, aucun bébé n’a porté le prénom de Sékou ou de Hro pour les garçons et  Hennou, ou Kachou pour les filles !

Il n’y a pas que certaines espèces animales qui sont en voie de disparition, certains prénoms le sont aussi et c’est une partie de notre identité qui y va avec Je peux qualifier ça d’érosion de notre culture!

 Retour en force de la Russie

Les régimes totalitaires ou communistes n’ont pas que des défauts. Vous remarquerez qu’en ces temps de crise, les pays qui sont le moins touchés par la récession font partie ou qui étaient proches des régimes dits communistes.

C’est vrai que les populations de ces régimes sont habituées à vivre dans l’austérité, mais il faut reconnaitre que leurs systèmes économiques ne leur permettaient pas de s’aventurer dans les spéculations et dans des croissances fictives. Les pays qui ont su ouvrir avec modération leur économie aux systèmes occidentaux tout en s’assurant qu’ils ne commettent pas de grands dérapages ont su joindre l’utile à l’agréable. Non seulement ils ont évité à leurs pays un ralentissement de croissance, mais ils ont continué à prospérer alors que les économies des autres  chutaient. Et comme l’économie et la politique sont très liées, les positions des uns se l’échiquier politique s’affaiblissent et celles des autres pèsent de plus en plus lourd.

Le retour en force de la Russie sur l’échiquier politique international doit beaucoup à l’état de son économie et à la crise que connaissent les pays occidentaux et les Etats-Unis.

Même chose pour la chine, qui malgré le ralentissement des importations des pays occidentaux s’en sort grâce à son système économique et à l’amélioration du pouvoir d’achat de sa population qui représente un potentiel énorme de consommation.interne

Fini donc les temps ou Eltsine se pliait devant Reagan ou Bush pour avoir une aide financière américaine ! Aujourd’hui, Poutine non seulement pose des conditions mais impose le point de vue de son pays dans la conduite du monde

Le Sahel

Mr Benkirane n’avait pas tort, lorsqu’il a dit que la situation ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui si les relations maroco-algériennes ne sont pas ce qu’elles sont à cause du conflit du Sahara.

Les deux pays qui ont la possibilité de contrôler tout ce qui se passe dans cette région, se surveillent mutuellement et se regardent comme des chiens de faïence en laissant des apprentis terroristes s’installer comme ils le veulent dans les étendues désertiques du Mali, du Niger qui n’ont pas les moyens de s’opposer à ces meutes de barbus.

Les deux pays du Maghreb peuvent à eux seuls s’ils s’entendaient faire durer le calme, la sécurité dans ces étendues de sable qui ont plus l’habitude d’être traversées par les caravanes de chameaux que par des convois de 4x4 lourdement chargées de combattants et d’armes.

Si le Maroc surveille bien ses frontières ce n’est pas le cas de l’Algérie. La dernière attaque contre le complexe gazier d’Ain Anemas qui a fait de nombreuses victimes est la preuve de la perméabilité des frontières algériennes.

Il y a presque une année j’écrivais dans ma chronique du (31/03/2012) qui avait pour titre « Dans les sables mouvants du Sahel »  ce qui suit!

…. Ça a tout d’abord commencé par l’installation de quelques membres de l'AQMI (Al Qaida au Maghreb Islamique) qui y trouvent refuge après le kidnapping des étrangers qu’ils échangent contre des rançons leur permettant de s’armer afin de mener leurs actions terroristes. Et comme si ça ne suffisait pas à la région, les miliciens qui avaient fui la jamahirya de Kadhafi avec armes et munitions sont venus s’y refugier également.

Si on ajoute à cette situation le trafic de drogue et d’armes que pratiquent certains membres du Polisario et puis la situation des Touaregs qui depuis de longues années aspirent à avoir un territoire à eux, on ne peut avoir qu’une situation explosive de toute la région.

Les régions nord du Tchad, du Niger, du Mali ne sont plus sous contrôle de leurs Etats. L’Est de la Mauritanie et les sud de l’Algérie et de la Libye ne sont pas aussi sûres qu’ils le fussent avant.

Qu’adviendra-t-il pour la région dans les mois à venir ?

Personnellement je pense que si les grandes nations et tout particulièrement la France et les Etats Unis n’interviennent pas rapidement pour rétablir la situation, la région risque de connaitre une vraie balkanisation, qui commencera par la proclamation d’un Etat Touareg (Amazigh) au nord du Mali.

Le Niger et le Tchad  seraient touchés dans une seconde phase.

Le Mali qui vient de connaitre un coup d’Etat est dans l’incapacité de faire face à la rébellion touareg. Il est le maillon faible et risque de connaitre une scission dans les jours ou semaines à venir … etc.

Me suis-je trompé ?

Je ne le pense pas

Ainsi va Ghriss

Washington le 02/03/2013

[Retour]