[Retour à la liste]


L'Aid pourrait êtr mieux fêté le 13/10/2012 à 09h18

Ayant vécu plusieurs années en dehors de Goulmima, j’ai vécu avant que j’acquière une voiture et j’ai vu après la situation et ce que vivent de nombreuses personnes qui désirent voyager pour se rendre chez leurs familles lors des fêtes de l’Aid Lkbir (Tafaska).
Tout en laissant de côté l’augmentation illicite des prix des billets de voyage, je ne vous dis pas des bousculades, des attentes, et des vols qui s‘opèrent dans les gares routières, je rappelle que pour cette grande fête musulmane, le nombre de jours chômés n’est que de deux jours. Deux jours qui à peine suffisent rien que pour faire l’aller et retour Casablanca-Errachidia (10 h pour l’aller et 10h pour le retour en autocar)
-
Les cars en surcharges, les routes encombrées et le non-respect des vitesses par les transporteurs qui veulent profiter de l’occasion pour faire plus de voyages et plus d'argent sont souvent la source d’accidents qui transforment pour de nombreuses familles des jours de fête en jours de deuil !
-
Ne peut-on vraiment rien faire pour soulager le calvaire que vivent beaucoup de marocains lors de cette période de fête ?
Vu l’importance de cette grande fête pourquoi nous ne nous inspirons pas de ce que font les chrétiens pour les fêtes de Noel et de fin d’année, en nous accordant une semaine de congé ; trois jours avant le jour de l’Aid et trois jours après l’Aid !
Cela étalera les déplacements sur plusieurs jours et permettra aux gens de passer plus de temps au sein de leurs familles.
Aux deux jours fériés actuels de l’Aid, et aux deux jours du week-end on ajoute trois autres journées qui remplaceraient les jours chômés payés du 11 janvier (Manifeste de l’indépendance), du 14 aout (Oued Dahab), et du 06 novembre (Marche verte). Ces trois journées qui compenseront celles ajoutées à L’Aid seront commémorées sans qu’elles soient chômées !
Voilà une idée qui vaut ce qu’elle vaut, mais qui a le mérite d’avoir été pensée pour les nombreux voyageurs pour qui le voyage à chaque fête de l’Aid Lkbir représente un vrai parcours de combattant.
-
Une pensée toute particulière pour nos compatriotes originaires de la région du sud-est qui habitent et travaillent dans les villes côtières et du nord Maroc et qui vont faire des centaines de kilomètres pour partager ces moments de fête avec leurs parents.
- C'est pour
ces personnes qui voyagent que j'ai écrit que l'Aid pourrait être mieux fêté. 

Ainsi va Ghriss

Goulmima le 13/10/2012

[Retour]