[Retour à la liste]


L’indépendance de l’Istiqlal ! le 29/09/2012 à 09h07

Ouf, le duel opposant MM Chabat et El Fassi pour diriger le parti de l'Istiqlal vient de se terminer à Skhirat par la victoire  du syndicaliste. Même si le nouveau patron du Parti est de Fès, il a le mérite, si je peux dire, de ne pas appartenir à la famille El Fassi. Plus significatif encore, il a damé le pion à Abdelwahed El Fassi qui n’est autre que le fils de Allal El Fassi, fondateur du parti de l’Istiqlal!.
- Pour ceux qui connaissent les arcanes du parti, ils savent bien qu’un clivage entre istiqlaliens fassis et marrakchis existe depuis l’éviction de Maitre Boucetta, et la reprise en main des affaires du parti par le clan El Fassi. Seulement voilà que ce clan a été très gourmand, surtout durant la présidence d’Abbas. Les portefeuilles ministériels et les postes de secrétaires d’Etat et de grands commis, qui revenaient au parti pour sa participation au gouvernement étaint attribués d’abord aux plus proches et aux amis de préférence originaires de Fès. Un istiqlalien de Midelt ou de Hadkourte aussi militant qu’il soit n’a aucune chance d’être proposé pour occuper un poste de ministre. Cette manière de privilégier les uns et de défavoriser les autres a fini par embarrasser tout le monde y compris dans le propre camp du parti.
-
Pour ma part, j’avoue que je n’ai jamais été un sympathisant et encore moins un militant de ce parti, et ce pour plusieurs raisons. Je ne vais pas vous les citer toutes, je me contente de n’en citer que deux :.
-
La première, c’est que ce parti qui a été, je le reconnais le premier à demander l’indépendance du Maroc a voulu instaurer au Maroc le système du parti unique. Gamin, je me souviens de ce que les caïds et khalifas nommés par l’istiqlal faisaient subir aux adhérents du PDI (Hizb Achoura). Certains instituteurs de la langue arabe originaires du nord et qui n’avaient d’instituteurs que le nom et appartenant à ce parti,  n’hésitaient pas à renvoyer de leurs classes des petits écoliers pour la simple raison que leurs parents n’étaient pas du parti. Je le dis et l’affirme, car moi-même j’avais subit cette exclusion alors que je ne devrais avoir plus de 8 ans ! .
-
Pour la seconde raison, elle est plutôt liée au non-respect du slogan et du leitmotiv dont le parti s’est beaucoup servi lorsqu’il était dans l’opposition pour lutter contre l’enrichissement illicite et qu’il n’a jamais appliqué à ses adhérents lorsque ces derniers étaient au pouvoir.
-
Vous vous souvenez certainement du slogan « Mine ayna laka hada » (d’où as-tu ça ?) que le parti s’engageait à appliquer pour punir tous ceux qui avaient profité de leurs positions dans l’administration pour voler et s’enrichir.
-
Maintenant que je me suis expliqué sur quelques raisons qui m’avaient éloigné de ce parti et pour garder mon honnête intellectuelle, je reconnais que ce parti  comprend de grands cadres et commis de l’Etat dont l’intégrité et le dynamisme avaient marqué leur passage en tant que ministres du gouvernement d’Abbas, je me contenterais de n'en citer que le trio Taoufik Hjira, Adil Diouri et Karim Ghalab.
Ceci étant dit, j’espère que le nouveau patron de l’istiqlal qui est "3roubi" originaire de Taza même s’il habite Fès, saura redresser le parti et changer d’orientation à sa parabole, notre pays comprend de nombreux Moha, Assou, Maati, et Bouchaib qui sont aussi valables que les Taoufik, Adil et Karim et qui ne demandent qu’avoir la même chance sans qu’on se base sur leur origine ethnique ou régionale.
Wait and see ! disent les anglais.

Ainsi va Ghriss

Goulmima le 29/09/2012

 

[Retour]