[Retour la liste]


C’est simpliste, mais si c’était ça ! le 18/02/2012 à 16h44

On dit que la sophistication a des fois, plus d’inconvénients que d’avantages. Je pense que les domaines de la finance et de l’économie n’ont pas échappé  à ce phénomène et que ce fait n’est pas étranger à la crise qui secoue actuellement le monde et tout particulièrement l’Europe. Avant de développer un peu plus mon idée là-dessus, j’aimerais vous relater une anecdote qui datait du temps de feue Golda Meir.

Voulant former son équipe gouvernementale, Le premier  ministre israélien fut confronté à un problème d’affectation du portefeuille du ministère des finances. Les juifs venus des Amériques veulent que ça soit un des leurs. Pareil pour les ashkénazes d’Europe qui exigent que ce ministère leur revient. Mais les juifs sépharades ne l’entendent pas de cette oreille et veulent que le ministre des finances soit un juif originaire de l’Afrique du Nord.

La grande dame se trouvant devant l’intransigeance de ces trois groupes leur propose de passer un test au représentant de chaque groupe.
Le jour J, les trois postulants se présentèrent dans les bureaux de la primature israélienne. Mme Golda les fait attendre un moment dans la salle d’attente dont l’intention de discuter un peu ensemble et de se connaitre.
Elle fait rentrer en premier l’américain à qui elle demande de se présenter : 
          Henry Jacob, je suis né dans le Massachusetts aux Etats Unis et j’ai fait plusieurs universités dont Harvard à Cambridge.
Après cette présentation, Mme Golda Meir lui pose la question suivante.
2 plus 2 font combien ?.
L’américain, sans aucune hésitation répond : 4 madame.
Mme Meir lui demande de sortir après lui avoir signifié que sa réponse n’est pas satisfaisante, puis demande à l’européen de rentrer et de se présenter.
-          David Bensimon, je suis né à Paris quartier du Sentier au 2eme arrondissement, j’ai fait polytechnique et HEC.
Après la présentation Mme Golda lui repose la même question :.
2 plus 2 font combien ?.
Se souvenant de ce que lui a dit l’américain à sa sortie, David répond :.
2 plus 2 madame, font 5 moins un, ou trois plus un.
Tu es recalé David, tu peux sortir, Elle demande au dernier candidat de rentrer et de se présenter.
-           je m’appelle Ichou Laalou. Je suis né à Debdou, j’ai fait les souks d’Erfoud, de Tinghir ,de Rich, de Gourama et de Demnate.
2 plus 2 font combien lui demande Golda.
Se souvenant des réponses faites par ceux qui l’ont précédé, Ichou, répond :.
Ça dépend madame, si on achète 2 plus 2 font 3 et si on vend 2 + 2 font 5 !
Je vous laisse deviner à qui est revenu le portefeuille de ce grand ministère que fut celui des finances. 

Je reviens à la crise, qui met à mal les économistes et les grands analystes financiers et sans prétendre avoir l’intelligence d’Ichou Laalou avec qui je ne partage et n’ai en commun que le fait d’avoir fait les mêmes souks que lui, pour dire  qu’un âne qui brait et qui croit se porter bien en mangeant la paille de son bât ne sait pas qu’il va finir par être nu !
Un pays qui se fait prêter de l’argent jusqu’à faire exploser le niveau de sa dette extérieure sans que ça soit pour des investissements rentables, ne fait que manger la paille de son bât.
Permettre à quelques intermédiaires de rafler tous les bénéfices de ce que produisent les paysans en achetant leurs produits à des prix bas, qu’ils revendent à des prix élevés, c’est tuer le paysan, et voler le consommateur. C’est appauvrir le paysan et surendetter  le consommateur.
Arriver à un point où des établissements spécialisés dans la spéculation se permettent de vendre des produits avant qu’ils les acquièrent, prenant ainsi un bénéfice dans une opération dont ils ne sont que des intermédiaires virtuels, c’est encourager l’inflation.

Moha Ouidani mon grand père me disait, ne met jamais dans ta bouche ce que tu ne pourras pas avaler. Ça risque de t’étouffer ! 

Ainsi va Ghriss

Goulmima le 18/02/2012

[Retour]