[Retour la liste]


Egorgeons la poule et mangeons luf ! le 28/01/2012 à 08h37

Je ne sais pas si vous êtes au courant des annulations fréquentes des vols de la RAM vers Errachidia ? Il est même arrivé de débarquer les voyageurs à destination d’Errachidia à Ouarzazate même si la réservation de billet s’est faite des semaines avant.
- Notre compagnie aérienne justifie ces annulations par le taux de remplissage très bas de ses avions vers cette destination.
- Je me souviens d’un temps où le taux de remplissage des avions vers Laayoune et Dakhla était aussi bas que celui d’Errachidia, Mais pour maintenir ses vols vers ces destinations de notre Sahara, la Ram utilisait le système de la péréquation en facturant un peu plus le prix des billets de certains vols en signe de solidarité (Casablanca-Agadir à titre d’exemple coutait plus de 2000dh).
- Je ne dis pas que la Ram est seule responsable de cette situation, Les opérateurs touristiques, les élus et les autorités sont plus responsables de cette situation que l’est la Ram. Si cette derrière avait en face d’elle un CRT (Conseil Régional du Tourisme) ex GRIT (.Groupement Régional d'Intérêt Touristique) capable et qui sait taper sur la table lorsqu’il le faut, la situation ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui.
- Le développement de la région passe aussi par le développement de son activité touristique. Et le développement touristique de la région ne peut pas se faire en se contentant d’un tourisme de passage.
- Deux vols à destination d’Errachidia changeraient la situation. Un premier vol qui partirait de Casa vers 10h pour assurer le transfert des touristes arrivant le même jour à Casablanca et un autre vers 22h pour ceux qui arriveraient par des vols Ram le soir à Casablanca, relancerait l’activité touristique et les infrastructures y afférentes.
- Errachidia, Erfoud ne seraient plus des étapes de passage mais des destinations de départ pour la découverte de la région.
- Si vous examinez de près le nombre de touristes qui visitent la région et les taux de fréquentation et d’occupation des hotels de la région, vous constateriez inadéquation qui existe entre ces chiffres. Ce qui confirme, le statut d’étape de passage de nos localités..
 
Ce dont les touristes ont horreur, c’est de passer la journée de leurs vacances dans des aéroports à attendre le départ des vols. Ils veulent quitter chez eux le matin et arriver l’après-midi à destination !
-
Agadir, Marrakech et Ouarzazate n’ont vu décoller le nombre de passagers et de touristes vers leurs destinations qu’avec l’augmentation des fréquence de vols vers ces villes avec en prime des vols directs vers certaines ville européennes !
Les hôteliers filalis disaient à la RAM : Programmez des vols vers Errachidia. La RAM répondait : Garantissez-nous le remplissage. Un dialogue qui risque de durer longtemps.
-
On revient à l'éternelle question: Est-ce l’œuf qui a éclos d’une poule ou que c’est la poule qui a pondu l’œuf ?
-
Le problème ne se poserait pas si les opérateurs du tourisme, les élus et les autorités de la région font de la poule et de son œuf un bon tajine filali.

Ainsi va Ghriss

Goulmima le 28/01/2012

[Retour]