[Retour la liste]


Islamiser ne rime pas toujours avec arabiser ! le 30/07/2011 à 08h53

Je ne pense pas me tromper  en disant que l’islamisation du Maroc s’est plus faite avec Idriss 1er qu’avec les conquêtes de Oqba Bnou Nafie et Moussa Bnou Noussair. Ces deux derniers étaient venus à Tamazgha en conquérants, le glaive à la main; tuant et massacrant tous ceux qui  osaient s’opposer à eux. Moulay Idriss lui, est arrivé non pas en conquérant mais en refugié fuyant la tyrannie Abbasside qui régnait en Iraq; après qu’il fut battu à la bataille de Fakh près de la Mecque. En 786, il avait réussit à échapper et mettre à l’abri sa famille du massacre par les Abbassides.  

En bon pédagogue, il avait choisi la meilleure stratégie pour diffuser et prôner la parole de Dieu. Il a commencé par s’intégrer dans le milieu social en prenant comme épouse une fille du pays et en apprenant Tamazighte. Son but n’était pas de soumettre les imazighen ni de les arabiser, mais  de rallier les populations autochtones à la religion de Mohamed. Il ne s’est pas contenté d’épouser une berbère, mais avait recommandé à ses disciples chargés de répandre l’islam dans tout le pays de faire de même et il a lègué cette pratique à ses descendants. C’est ainsi que de nombreux « chorfa » se sont éparpillés dans toutes les régions du pays, avaient épousé des femmes berbères tout en continuant à exercer leur mission de répandre l’islam d’une manière pacifique et humaine. Cette pratique a tellement réussi, au point où ces missionnaires  non seulement étaient acceptés par les populations, mais vénérés par ces dernières qui à chaque décès d’un "chrif", lui construisaient un mausolée !

Les descendants de ces chorfas dont les mamans étaient berbères, parlaient plus tamazighte que l’arabe. Les Moulay Assou, les Moulay Zaid, les Sidi Hammou et tous les autres ne sont que des chorfas berbérisés. Et cette tradition a continué après la dynastie idrisside. A nos jours, et pour ne citer que notre région, à Ghriss, nous avons des populations d’origine arabe complètement berbèrisées au point où elles ne parlent que tamazighte. Les « Belghitti », les « Ait Lahcen » qui sont une fraction des « Ait Herrou » et qui avaient pour ancêtre un certain Moulay Lahcen Al A3raj, illustrent cet état de fait.

Ces Chorfas n’avaient pas pour but d’arabiser, les populations. Ils se limitaient à répandre la religion musulmane et souvent à l’expliquer en tamazighte. L’apprentissage de l’arabe se limitait à l'apprentissage de la fatiha et d'une autre sourate, souvent courte (Koul houwa Allah) pour pouvoir faire la prière.

L’arabisation du pays ne s’est accrue qu’au 20eme après l’avènement du panarabisme et du nationalisme arabe. C’était plus une stratégie politique, dont le but n’a rien à voir avec l’islam, même si les auteurs de cette machination avaient « enveloppé » leur idéologie dans un « burnous islamique ».

L’islam n’a servi que pour véhiculer leur idiologie baathiste et non pour répandre la religion de Mohammed.

Je rappelle que lorsque cette offensive d’arabisation visant le Maroc a été déclenchée, notre pays était complètement islamisé, alors qu’au Liban, en Syrie et en Egypte demeuraient encore des populations arabes non musulmanes !

Je dis ça à ceux qui utilisent l’islam pour justifier l’arabisation du Maroc, afin qu’ils arrêten de faire l’amalgame entre l’arabité et l’islam ! Au Pakistan, en Iran au Nigéria, les populations ne parlent pas l’arabe mais ne sont pas moins musulmanes que les arabes libanais, égyptiens ou syriens. 

Ainsi va Ghriss

Goulmima, le 30/07/2011

[Retour]