[Retour ŕ la liste]


Et si c’était un coup monté ? le 11/06/2011 à 06h27

Comme moi, vous avez tous suivi l’affaire Dominique Strauss Kahn (DSK). Vous vous êtes élevés contre ce pouvoir de l’argent et vous avez manifesté votre sympathie pour cette pauvre femme africaine de couleur qui faisait les chambres d’hôtels pour subvenir à ses besoins et nourrir sa fille. Puis vous avez vu le visage de cet homme qui a subi la pire des humiliations en se présentant les mains menottées devant le juge ; alors qu’il était il y a quelques heures avant un des hommes les plus forts du monde. Il a été livré aux médias, pris sous les flashs des photographes et sous les viseurs des cameras de toutes les chaines tv qui l’ont détruit et presque culpabilisé avant qu’il soit jugé. La pression médiatique a déjà tué politiquement cet homme,
Même si le prévenu et ses avocats arrivent à le disculper de l’accusation dont il fait l’objet, sa notoriété a pris du plomb dans les ailes et son avenir politique est scellé. Ce dont se réjouissent ses adversaires politiques. Sans oublier la satisfaction à peine cachée de certaines personnes de son propre camp à qui il faisait de l’ombre et qui se voient débarrassées de lui sans qu’ils s’impliquent dans son élimination.

Je ne prends pas la défense du présumé coupable, mais vu le rang et la fonction qu’occupait Mr DSK aussi bien sur le plan international que sur la scène politique française, j’ai le droit de me demander si ce n’est pas un coup monté pour discréditer une personne que tous les sondages donnaient gagnante aux prochaines élections présidentielles françaises,
C’est vrai que l’homme est connu pour être un libertin et un grand séducteur. Il a déclaré lui-même, aimer les femmes. Ce que d’ailleurs nous partageons un peu avec lui, même si on se limite à n’approcher que nos épouses. Mais reconnaissons qu’il n’a pas non plus l’exclusivité des relations extraconjugales.

Vous allez me permettre de nager à contre courant,  et donner une explication plausible qui mérite de ne pas être écartée vu la conjoncture et surtout les enjeux des uns et des autres à une année des élections présidentielles françaises.
Il n’est pas donc exclus que DSK soit piégé par ses adversaires et qu’il soit pris comme une souris qui ne voit que le morceau de fromage même posé aux milieu des mâchoires d’un piège.
Une belle et brune femme qui pénètre dans votre chambre d’hôtel et qu’on découvre en sortant de sa salle de bain en tenue d’Adam !
Il faut avoir la retenue et persévérance du prophète Ayoub pour que n’importe quel commun des mortels n’essaie pas de la « sauter » !
Peut être que c’est ce que DSK a fait, avec le consentement de la femme. Car comment agresser sexuellement une femme dans une chambre d’hotel si elle n’est pas consentante. Un cri de cette dernière peut alerter plus d’une personne ! Et si elle n’avait crié pendant l’agression, pourquoi ne l’a-t-elle pas fait après ? L’auteur supposé du viol n’est pas sorti de sa chambre nu en se sauvant. Il a tout de même pris son temps pour se rhabiller, et aller régler sa note avant de quitter l’hôtel.
Et ce n’est qu’après que la femme de chambre a été trouvée traumatisée par ce qui lui est arrivé !
Si c’était ça, la machination a atteint le but recherché. Car non seulement DSK s’est fait  écarté en tant que candidat aux futures élections présidentielles françaises, mais il a aussi perdu son poste de Directeur Général du FMI et risque de se retrouver en prison.
Son épouse qui n’est pas n’importe qui et qui ne mérite pas de se retrouver dans une pareille situation doit souffrir intérieurement même si elle a fait preuve d’une grande dignité et d’un grand courage lors de cette tragédie qui ne s’est pas encore terminée.

Peut être qu’un jour on apprendra que la femme de chambre de l’hôtel a gagné dans cette affaire tant d'argent sur le dos de DSK qui n'aura d'autres choix que de négocier et de ses éventuels commenditaires. Elle aura assez d’argent pour se payer un hôtel à elle et se retrouver propulsée au poste de Directrice Générale, alors que DSK essayera de remonter de son fond du puits.

Encore une fois mon ami feu Hammou ou Youssef Nasri  avait raison lorsqu'il me disait à chaque fois que nous évoquions une affaire de sex qui fait l’actualité: « Tu sais Ali, les affaires de culs sentent toujours mauvais».
Oui, mon ami Hammou avait raison, Seulement s'il était encore là, je lui aurais dit que ces affaires de fesses mènent à tout. Plus à la déchéance qu'à la gloire. Mais sans pouvoir se débarasser de leur mauvaise odeur ! 

Ainsi va Ghriss

Goulmima le 11/06/2011

[Retour]