[Retour la liste]


Le ras-le-bol le 28/05/2011 à 21h45

Avec les agitations et les manifestations presque quotidiennes des différentes composantes de notre société, on se demande quelquefois, si notre pays a un gouvernement et si ce gouvernement a un chef qui coordonne et qui anime ses activités.
On a l’impression, d’être dans un avion dans lequel le commandant a actionné la manette du pilotage automatique est se paie un bon sommeil que même la traversée des zones de turbulences et de perturbations atmosphériques ne réveille pas !
Notre pays, comme le dit l’adage marocain est à l’image de « Rass Al kar3 ». Là où tu le touches, il commence à saigner !
C’est une bonne chose que le citoyen n’ait plus peur du Makhzen. Mais il ne faut pas non plus que le Makhzen ait peur du citoyen et encore moins du mauvais citoyen !
J’ai beau cherché un département, une administration où le climat social est au beau fixe, je n’en trouve pas. Ingénieurs, enseignants, médecins, avocats, techniciens, infirmiers, chômeurs, prisonniers, retraités, tout le monde, à tort ou à raison râle, au point où on commence à prendre le pli d'éternels râleurs.
Ce que je crains, c’est qu’avec le temps, on devient accros au point  de ne plus pouvoir nous passer de notre dose quotidienne de protestations !

Me vient à l’esprit la situation que les habitants d’un petit village anglais avaient vécue. Ce petit village était traversé par la principale voie ferrée du pays. Et toutes les dix minutes que ça soit de jour ou de nuit un train passait.
Les habitants de ce petit village étaient tellement habitués au bruit occasionné par chaque passage de train. un jours les cheminots avaient décidé de faire grève, les « paisibles » habitants du village qui étaient habitués au bruit des trains, n’arrivaient pas à fermer l’œil. Le grincement des rails leur manquait. Ce qui les avait poussé à manifester devant leur mairie et à demander à ce que les trains circulent !

Il y a quelques jours, un jeune qui a l’habitude de voir plein de manifestants devant le parlement s’est écrié  en regardant la télévision :
- Pourquoi aujourd’hui, il n y’a pas de monde devant le parlement ?
Pour nous, ce qui hier était une exception hier, est devenu aujourd’hui une règle pour ce jeune qui pense que devant le parlement est une place  pour manifester et se faire bastonner.
Jam3 Lafna à Marrakech pour les spectacles dans la rue. Devant le parlement à Rabat, pour les manifestations et "lahrawa" dans la rue !

Et nous à Ghriss, on continue à palabrer futilement devant les cafés sans nous soucier de la dégradation que subit chaque jour notre oasis.
Si l’eau, les arbres et les champs pouvaient à leur tour manifester, cela ne m’étonnerait qu’ils crient ensemble et de toute leur force :
"Nouridou Taghyir assoukane" !

Ainsi va Ghriss

Goulmima le 28/05/2011

[Retour]