[Retour à la liste]


Entre la dictature et l’anarchie, il y a la démocratie !. le 02/02/2011 à 19h50

Ce que beaucoup de gens craignaient et en train d’arriver en Egypte ! Au tant de nombreuses personnes avaient de la sympathie pour les manifestants lorsque ces derniers demandaient que le Président Moubarak s’en aillent et qu’on reconsidère les résultats des dernières élections législatives qui avaient fait l’objet d’une contestation pour fraude électorale, Au tant il est difficile de ne pas dénoncer l’attitude de certaines personnes qui préfèrent que le pays plonge dans l’anarchie et la pagaille.
On veut que Moubarak parte, il a déclaré qu’il ne se représentera pas pour un autre mandat en septembre et qu’il se retirera.
On voulait qu’il nomme un vice président, chose qu’il a toujours refusée, il a finit par le faire et a procédé à la nomination d’un vice président.
On lui a demandé de revoir les  articles 76 et 77 de la constitution, il a promis de le faire tout de suite dès que le calme revienne au pays.
On lui a demandé de trancher sur les recours déposés aux tribunaux concernant les cas litigieux des dernières élections, il propose de faire mieux par l’organisation de nouvelles élections.
De tout ce qui lui a été demandé, la seule chose qu’il n’a pas acceptée, c’est de démissionner sur le champ, contre la promesse qu’il ne soit pas poursuivi s’il le faisait.

Que s’est-il passé donc ce mercredi qui est le lendemain de l’intervention de Moubarak à la télévision ?
La nouvelle donne qui a fait réviser leur position à beaucoup d’égyptiens et le fait que Moubarak ait accepté de partir mais pas à la Benali ! En déclarant : « C’est en Egypte que je suis né et c’est en Egypte que je mourrais ».

Si le peuple égyptien pouvait ne pas être obligé de choisir entre le cholera et la peste  ça serait mieux pour lui ! Entre la dictature et l’anarchie il y a un juste milieu qui a pour nom la démocratie.
Et la démocratie a ses règles et ses obligations qui n’ont rien à  voir avec les pillages, les agressions et les vols. En Egypte les manifestations pacifiques étaient les prémices d’une démocratie naissante, les déclarations du président égyptien vont dans ce sens. Puisqu’il a tout accepté sauf de partir avec précipitation en laissant le pays dans le chaos ; ce qui n’arrange pas les jusqu’au-boutistes et les extrémistes qui sachant qu’une transition pacifique ne va pas leur profiter tentent de semer le désordre et le chaos.

Ce qui s’est passé mercredi après-midi est à mon avis, une contre-révolution lancée d’une part par les pro-Moubarak qui ont attendu que le Raiss leur confirme qu’il ne s’enfuira pas, et qui sont aussi conscients du risque que leur pays devienne un pays islamiste à l’image de l’Iran, mais aussi des personnes qui tirent leur revenu de l’activité touristique et qui depuis une semaine ont vu les touristes fuir l’Egypte. Ce sont ces gens qui sont venus à dos de chameaux et de chevaux (leurs « outils » de travail pour protester auprès des manifestants de la place de la libération.

Pour conclure je dirais que ça serait bien dommage que les égyptiens gâchent leur révolution.
En annonçant son prochain départ à la fin de son mandat en septembre et en acceptant d’apporter les modifications que demandait l’opposition, les sept mois qui restent dans le mandant de Moubarak suffisent à peine à mettre en place toutes ces modifications et à préparer de nouvelles élections. Rester intransigeants et prendre le risque de déclencher un affrontement entre égyptiens alors que le Raiss a déclaré qu’il quittera ses fonction en septembre ne se justifie plus ! 
En attendant la fin de son mandat en septembre, Moubarak sans démissionner déléguera tous ses pouvoirs au vice président, qui sans attendre entamera les négociations avec l'opposition, et commence à mettre en place les reformes nécessaires.
Cela permettra d'assurer la transition par le vice président Souleymane car en cas de départ du Raiss ca sera le Président de l'assemblée qui selon la constitution assurera l'interim, jusqu à l'organisation de nouvelles élections.

Ainsi va Ghriss

Goulmima le 02/02/2011

[Retour]