[Retour à la liste]


La cocotte-minute maghrébine le 14/01/2011 à 20h24

Certainement que vous suivez ce qui se passe en Tunisie et en Algérie, Deux pays maghrébins avec qui nous partageons beaucoup d’affinités même si les dirigeants du pays voisin ne nous portent pas dans leurs cœurs. Vous remarquerez que j’ai parlé de dirigeants et non de peuple, car je pense que le peuple frère d’Algérie a tellement de problèmes qui le touchent directement et auxquels il aimerait trouver des solutions que de s’ingérer dans les affaires interieures du Maroc.

Revenons à cette révolte qui secoue donc ces deux pays. C’est vrai que la cherté des produits de première nécessité est pour quelque chose dans ce qui vient d’arriver dans ces deux pays, mais je pense aussi que ce n’est que la goutte qui a fait déborder le vase. Je n’aurais jamais cru qu’en Tunisie que je pensais plus développée et plus ouverte, la liberté d’expression était si réduite, et que des sites internet étaient bloqués ! Ce n'est que maintenant que j'apprends que pour savoir et voir ce qui se passe dans le monde, les tunisiens n’ont autre choix que de regarder les chaines satellitaires. Mais là encore il y a un remède au problème  Ce qui est très grave c’est le poids de l'injustice sociale lorsqu’on la subit  ou lorsqu’on est atteint dans sa dignité d’homme par l’intimidation, l’humiliation et l’injustice; c’est en ces moments que l’homme perd tous ses repères et n’arrive plus à mesurer ni à évaluer les conséquences de ses actes. "La Hogra" fait révolter plus que le font la faim et la soif.

Me reviennent à l’esprit les paroles dites par Mr Serre Proviseur du lycée Moulay Ismail à Meknès et qui était avant l’indépendance professeur de berbère au lycée Tariq à Azrou. Lors d’une grève des internes, le proviseur qui savait que la majorité des internes étaient du Moyen et du Haut Atlas s’était adressé à nous en ces termes:
"
Arrawinw, mes enfants, écoutez la voix de la raison.
Si on m’avait dit que vous faites grève et que vous avez commis des actes plus graves que de refuser de manger parce que quelqu’un vous a insulté ou touché à votre dignité ou à votre fierté d’imazighen, j’aurais compris votre reaction. Mais faire grève parce que le pain qui vous a été servi ce matin datait de la veille, Je suis désolé mes enfants, mais je ne reconnais pas en vous les enfants des fiers et vaillants hommes de l’Atlas que j’ai connus".
Le proviseur savait parfaitement ce que représente l’honneur, la dignité et la fierté pour les marocains et particulièrement pour Imazighen.
Je vous laisse imaginer la suite de notre mouvement de grève !

Le Tsunami Tunisien même s'il était latent, était prévisible. Le fait que chaque année les universités tunisiennes mettent sur le marché de l’emploi 80 à 100 000 nouveaux diplômés sans que la creation en parallele des postes de travail et sans  que le remplacement des départs à la retraite ne soit pas toujours effectué ne peut conduire qu'à une situation incontrolable. Cela ressemble à une cocotte minute qui bouillonne et à qui on augmente la flamme  tout en bloquant sa soupape de sécurité. Il y’a de fortes chances que ça finisse par faire sauter le couvercle !
Les autorités de ce pays frère vont-elles arriver à débloquer la soupape pour qu’a défaut de sauver les aliments, éviter que la cocotte saute ? C’est ce que nous allons savoir dans les jours qui suivent, même si, pour moi, les carottes sont bien cuites!

Préparer la soupe dans un grand "Aroukou" de grand’mère (grande marmite en fonte) et avoir l’intelligence de soulever de temps à autre le couvercle pour s’assurer que tout mijote à feu doux et que tous les ingredients baignent dans la même sauce, c’est cet art qui me semble avoir manqué aux dirigeants tunisiens.

Ainsi va Ghriss.

Goulmima le 15/01/2011

[Retour]