[Retour la liste]


Droits et devoirs, sont les absolus d'une bonne gouvernance le 13/12/2010 à 12h19

Lorsque Mohamed V avait déclaré en rentrant au pays après avoir obtenu l’indépendance du Maroc, « Nous sortons du petit combat et nous rentrons dans le grand combat »,  le défunt roi que dieu ait son âme savait que le combat du développement et de l’émancipation  de la population marocaine était plus dur que celui de la lutte pour l’indépendance.
Il savait que l’homme reste le principal levier qui pourra accélérer ou ralentir le développement de notre pays.
On peut doter un pays de tout ce qu’il y a de meilleur et de tout ce qu’apporte la technologie de sophistiqué, cela ne suffira pas pour que le pays se développe, si on parallèle, la population qui est appelée non seulement à se servir de ces moyens et comprendre leur utilité n’a pas été formée au préalable à sa bonne utilisation.
Mettez une machine outil devant un analphabète, il sera incapable d’en tirer le meilleur, saura-t-il au plus appuyer sur le bouton marche/arrêt. Par contre une personne formée,  saura utiliser la machine et saura organiser son travail en optimisant son utilisation.

La question qui se pose est la suivante : A-t-on accordé aux ressources humaines de notre pays l’importance qu’il fallait pour assurer et réussir le développement du  pays ?
Si on ne se réfère qu’au taux d’analphabétisme du Maroc, la réponse est non.
Car, comment voulez-vous qu’une personne qui ne sait ni lire ni écrire comprenne  non seulement ses droits mais surtout ses devoirs ?.
Je ne vais pas jusqu'à dire que trop de liberté tue la liberté, mais à voir ce qui se passe un peu partout dans le monde, je me demande si dans de nombreux pays on a pas mis comme on dit la charrue devant les bœufs !

Dans un pays, une bonne gouvernance ne peut s’exercée que si l’individu connais ses droits et ses devoirs. Si les populations ne sont pas accompagnées pour bien assimiler le vrai sens de la démocratie et de la liberté, le résultat risque de générer désordre et anarchie. Nous voyons ce qui se passe dans certains pays à chaque fois qu’on essaie de sortir des griffes d’un dictateur en organisant des élections, la suite n’aboutit que sur un chaos qui quelquefois va jusqu’ au déclenchement d'une guerre civile, car de nombreuses personnes non seulement confondent la liberté et l’anarchie, mais pensent que la liberté va avec l’impunité. Haïti et la cote d’ivoire pour ne citer que ces deux pays sont des exemples  qui illustrent ce phénomène.

Pour tous les pays qui n’ont pas pris le soin d’expliquer, de former  et de sensibiliser leurs populations à ce mode de bonne gouvernance, ils ne leur reste que la solution d’accepter  d’être gouvernés par un systeme répressif, qui bafoue souvent les régles élementaires de la démocratie.

Je reviens aux premières années de l’indépendance ou fut mis en place un programme d’alphabétisation des personnes âgées. Ce programme aurait pu donner de bons résultats s’il n’avait pas été arrêté. Un demi-siècle après, nous sommes loin d’assurer la scolarisation de tous les enfants marocains qui  ont l'age d'etre scolarisés. Quand aux personnes âgées analphabétes, je me contenterais de dire : Adj Awal !

Ainsi va Ghriss

Goulmima le 13/12/2010

[Retour]