[Retour la liste]


UN MOIS APRES LA MOUDOUANA .... le 31/10/2010 à 03h51

Cette semaine, je laisse de coté les problèmes franco-français et me retourne sur ce qui se passe chez-nous. Voilà donc un mois jour pour jour que la nouvelle moudouana sur le code de la route est rentrée en application. Il est prématuré de faire un bilan, car un mois ne suffit pas pour tirer des conclusions fiables. Mais cela ne nous empêche pas de souligner les points positifs et les insuffisances de ce nouveau code de la route.

Tout d'abord je tiens à rappeler que tous les marocains sont unanimes pour qu'à défaut de supprimer les accidents de la route, il faut tout entreprendre pour les réduire. La route fait plus de victimes que n'importe quelle autre maladie. Donc toute initiative allant dans le sens de mettre un terme à l'hécatombe des routes ne peut être que saluée.
Dans cette chronique je me contenterais de ne soulever que le coté relatif à l'installation des radars fixes, qui à mon sens, a elle aussi ses avantages et ses inconvénients.
Le premier avantage est énorme puisqu'il nous met à l'abri de quelques agents véreux qui nous attendent sous un arbre pour surgir devant nous et nous demander nos papiers. Lorsque nous demandons à l'agent la raison, il nous répond: vitesse excessive ! Et lorsque nous lui demandons à quelle vitesse nous roulons monsieur l'agent, il nous répond 67km/h au lieu de 60 ! Tu dois payer 400 Dh
. Je vous fait grâce de toute la discussion que d'habitude nous échangeons, l'essentiel, c'est qu'en fin de compte,si vous lui dite, je n'ai pas 400Dh, il vous dit sans gène: chhal 3andeq ? Et c'est 50 ou 100 dirhams qui vont quitter votre poche pour aller dans la sienne. Même pas dans la caisse de l'État.! Vous vous rendez-compte du manque à gagner subit par le trésor public ! Cette situation je l'ai vécue moi même et si je n'avais pas peur qu'on me confonde avec le sniper de Targuiste, j'aurais filmé la scène ! Rien que pour avoir privé ces agents ripoux de nous gacher le voyage, j'applaudis la moudouana !
Bien que Tadwira me répugne et même si je sais que ces dirhams vont là où il ne faut pas, il faut vraiment que je sois un vrai disciple d'Abou Houraira pour ne pas accepter de payer 50 au lieu de 400 Dh.
Supprimer cet abus de pouvoir qui gache le reste du voyage et qui enleve tout envie de s'arrêter pour prendre un thé ou manger un tajine. Voilà deja un coté plus que positif de ces radars fixes.

Pour ce qui est des inconvénients de ce contrôle par radars fixes, je citerai le fait que les contraventions flashées par ces radars vont être à la charge du propriétaire du véhicule. Normal, me diriez-vous. Mais pour les sociétés disposant d'un parc automobiles important cela nécessite un suivi rigoureux des utilisateurs des véhicules, ce qui est contraignant mais qui reste possible. Là où ça se complique, c'est au niveau des sociétés de location de voitures et surtout lorsque l'infraction est commise par un touriste qui après son séjour au Maroc regagne son pays. Dans ce cas précis, la tenue d'un registre permettant même de connaître la personne qui a loué le véhicule et qui a commis l'infraction, ne serait d'aucune utilité. Et si on applique à la lettre la Moudouwana de Monsieur Ghalab aux propriétaires des agences de location de voitures, il leur faudrait tous les points des permis de conduire de tous les habitants de leurs douar pour faire face aux retraits de points qui leurs seront appliqués. Je laisse de coté le montant des amendes !.
Voilà entre-autre un problème auquel il faut trouver d'urgence une solution avant que les radars soient placés sur nos routes. Cela évitera qu'un conflit surgisse entre le ministère des transports et les agences de location de voitures. A moins que Ghalab fasse plancher ses développeurs informaticiens pour connecter et mettre en ligne tous les radars fixes dans le futur site web qui est en préparation. Ça serait bien que ce site ne se limite pas seulement à nous indiquer si nous avons commis une infraction, mais également à être consulté par les loueurs de véhicules lorsqu'on leur restitue leurs voitures. La technologie le permet, et si Ghaleb le fait, je serais le premier à dire: « Ghalab ghleb tous les obstacles »; Ce a quoi l'autre grand-père de mes petits enfants me dira en souriant: SSI Ali, « Impossible » n'est pas fassi !

Tiens demain c'est halloween, au lieu de me déguiser en citrouille, je me déguiserai en radar fixe !


Ainsi va Ghriss


Washington le 30/10/2010

[Retour]