[Retour la liste]


UNE IMPASSE POUR MA LANGUE ! le 02/10/2010 à 08h10

Au deuxième jour de l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur le code de la route, et pour rester dans cette ambiance de changement, je vais me permettre de vous poser une question se rapportant à cette actualité qui a causé la grogne de plusieurs transporteurs.
- Si vous conduisez une voiture et que vous vous rendez-compte que vous avez emprunté une impasse, que feriez-vous ?
- Je ferais demi-tour et j'emprunterais la bonne voie, celle qui n'est pas bouchée et qui s'ouvre vers d'autres voies me diriez-vous!
Vous voyez que la réponse n'est pas du tout difficile puisqu'elle est conforme au bon sens. Et j'aurais aimé que ceux qui ont opté pour l'utilisation de tifinagh pour l'écriture de Tamazight aient la même approche que vous et se rendent compte eux aussi, qu'ils ont fait emprunter à notre langue la voie d'une impasse.
Ce qui est grave et navrant à mon avis, c'est qu'au lieu de se rendre compte qu'ils ont fait une erreur de choix, ce qui peut d'ailleurs  arriver à tout le monde et qu'ils rectifient le tir, ils persistent dans l'erreur et continuent à emprunter cette voie qui ne mène nulle part.

Alors que l'alphabet latin qui a déjà servi à l'écriture de nombreux ouvrages en tamazight et qui ouvre grande ouverte la voie de l'apprentissage de l'informatique, de la communication et à l'utilisation de notre langue par un grand public est tout indique pour vehiculer et faciliter l'utilisation de notre langue, ils lui choisissent l'alphabet Tifinagh que nous même qui sommes imazighen nous avons du mal à lire et à utiliser. Au lieu, de drainer ceux qui ne sont pas Amazigh à lire et pourquoi pas à apprendre Tamazight en utilisant l'alphabet latin qu'ils lisent, ils réduisent le nombre d'imazighen qui sauront lire leur langue !  Ils laissent de coté l'autoroute et empreuntent une piste. Ils nous s'enferment au lieu de nous ouvrir !

« Achkid », « awra », « adoud », ces mots peuvent être lus par n'importe quelle personne, qu'elle soit amazigh ou pas, marocaine ou étrangère et peuvent donner envie à ceux qui les lisent de vouloir comprendre leurs signification. Écrivez-les en tifinagh, et voyez le nombre de personnes qui sauront les lire ! Alors, pourquoi donc, persistent-ils dans l'erreur puisqu'ils peuvent se rattraper et rectifier afin de faire prendre la bonne voie à notre langue ?
Je ne trouve qu'une seule réponse à cette question. Une reponse qui est elle même une question.
Ne cherche-t-on pas à freiner l'envol qu'allait prendre notre langue et à casser l'enthousiasme de ceux qui voulaient que tamazighte demain dépasse les frontières de tamazgha ?

Ah si mon téléphone avait un clavier en tifinagh, j'aurais envoyé un sms aux imazighen de l'Ircam, et leur écrirais: 'Hat tgram tamazight g'ouqlil ». Je traduis aux non-imazighen qui sont tout de même arrivés à lire la phrase: « vous avez mis Tamazight dans une jarre »

Ainsi va Ghriss

Goulmima, le 02/10/2010

[Retour]