[Retour la liste]


LEAU DOIT RESTER UNE BENEDICTION ! le 07/07/2010 à 14h28

Voila un titre qui fera réagir à juste titre plus d'un. Car depuis quand l’eau n’est-elle pas une bénédiction pour demander qu’elle le soit ou qu’elle le reste ?

C’est vrai qu’elle l’a toujours était, mais le restera-t-elle encore pour longtemps ?

C’est ce que j’espère si nous anticipons pour éviter qu’elle devienne un jour  une source de conflits au lieu de rester une source de vie.

Je ne vais pas ici traiter ni parler du problème de l’eau qui risque de dégénérer en conflits et guerres entre certains pays. Cas du moyen orient entre la Turquie la Syrie, le Liban la Jordanie et Israël.

Je ne vais pas non plus parler de l’Egypte et des pays d’où jaillissent les sources du Nil ou qui sont traversés par ce grand fleuve qui sans lui, l’Egypte serait un désert.

Non, d’une part, ces pays sont trop loin de nous et d’autre part nous même à Ghriss, nous avons nos propres menaces et nous ne sommes pas à l’abri de conflits si nous n’anticipons pas pour les éviter et trouver des solutions qui nous éviteraient cette mauvaise éventualité.

Un conflit la semaine passée entre tribus à Imilchil à cause des pâturages aet qui a endeuillé de nombreuses familles et là pour nou raqppeler que le risque est bien reel!

C’est aussi pour cette raison que j’ai toujours milité et que je continue à le faire pour que la construction d’un barrage sur le ghriss soit décidée afin d’assurer l’irrigation de toute la vallée.

Le découpage administratif et la limitation des territoires des communes fait que de nombreuses sources sont situées dans des circonscriptions qui ne profitent pas de cette eau pour irriguer leurs champs. Jusqu'à présent un statuquo est observé mais n’empêche qu’on n’est pas a l’abri de voir un jour ce problème remonter en surface et être la cause d’un climat de tension entre les habitants de la même vallée.

Même en laissant de coté, le risque d’inondations et les dégâts que causent chaque année les crues de l’oued tout en faisons abstraction du fait que la construction du barrage serait un levier de développement économique et social de notre région. Nous ne pouvons pas ignorer le risque latent qui existe et qui peut être une cause de conflits entre tribus.

Aussi, pour éviter que notre vallée vive une situation cauchemardesque et un climat conflictuel, nous tous, élus, autorités, société civile, nous devons nous mobiliser pour que la construction du barrage soit faite. Ca ne sera pas seulement pour  sécuriser contre les crues les populations et mettre à l’abri les champs, les arbres et le cheptel, c’est surtout pour pérenniser une vie et une cohabitation sereine et fraternelle entre les diverses populations de notre vallée.

Ainsi va Ghriss

Goulmima le 07/07/2010

[Retour]