[Retour la liste]


VA-T-ON VERS UNE ALTERNANCE A LA MAROCAINE ? le 29/01/2010 à 14h52

Cette semaine, je vais laisser Goulmima retrouver la douceur exceptionnelle qui a caractérisé l’hiver de cette année pour jeter un coup d’œil sur ce qui se trame du coté de nos partis politiques.

Comme vous le savez tous, « les technocrates » du RNI ont fini par « débarquer » le président de leur parti, certains y voient la main du fondateur due ce parti qui lui-même a été chassé du fauteuil par le rifain. Moi, je pense que ce n’est que la suite de la mise en œuvre d’une stratégie qui va vers la réalisation d’un paysage politique comme l’avait souhaité notre défunt roi Hassan II

Un paysage politique à trois composantes une droite forte, une gauche forte et un centre encore plus fort qui sera tout le temps "Bougjdi" de l'équipe gouvernementale !

Le RNI qui a été juste après sa création par Osmane le principal parti du pays n’est plus ce qu’il était. Il y a quelques mois pour ne pas dire quelques semaines au bord de l’implosion !

Sa reprise en main par l’actuel ministre des finances n’est qu’à mon avis qu’une étape qui va conduire ce parti vers sa phagocytose et sa disparition !

Je ne pense pas me tromper en disant que dans quelques mois et sous une forme ou une autre le RNI intégrera le Parti du grand Big pour former un grand parti du centre.

Avec cet apport et pourquoi pas avec le ralliement d’autres partis, le Parti Authenticité et Modernité (PAM), créé par l'ancien Ministre de l'Intérieur Fouad Ali El Himma constituera l’épine dorsale du corps politique marocain ;

Il controlera toutes les orientations et toutes les initiatives qui émaneront du parlement ou de l’équipe gouvernementale.

Personnellement je ne pense pas que le créateur du PAM soit intéressé par un poste de premier ministre. Nous avons tous vu, comment il a cédé le fauteuil de patron du parti à Mr Mohamed Cheikh Biyadi Allah. Même si nous savons tous que tout ce qu’entreprend ce parti se fait sous son contrôle pour ne pas dire sous son initiative.

En homme fidele au trône et au pays Fouad Ali El Himma, peut bien rester à l’ombre et continuer à tout diriger. J’avance cette éventualité, car elle lui permettra de satisfaire tantôt la gauche tantôt la droite en leur cédant le poste de premier ministre pour lequel ils accordent une importance et un grand prestige.

2012, c’est pour demain, je ne suis pas madame soleil ni monsieur Issegnw (nuage), mais la victoire du parti du centre aux élections législatives prochaines est presque certaine. Même si pour appliquer cette alternance à la marocaine, je n'exclue pas que le gouvernement soit présidé par un premier ministre issu de la composante que choisira le patron du PAM.

Une situation qui me rappelle une illustration que portait une société allumettière sur ses boites et qui a fait l’objet d’un izli culte qui parle d’Izm n’Tkhrète !

Ainsi va Ghriss

Goulmima le 30/01/2010

 

[Retour]