[Retour la liste]


DES MURS A ABATTRE ! le 26/12/2009 à 19h17

Le 09 novembre est une date historique pour l'Allemagne, l'Europe et pour le monde entier ! Une journée où la raison, et l'intelligence de l'homme ont pris le dessus sur son mépris, sur son arrogance et sur son incompréhension. C'est ce qui donne à cet événement sa dimension internationale, humaine et historique.
La chute du mur qui divisait en deux parties la ville de Berlin, divisait plus les esprits des berlinois que les quartiers de la citée. Il symbolisait également la division du monde en deux blocs idéologiquement opposés qui entretenaient un climat de guerre froide, basées sur la méfiance et l'espionnage mutuel.
Bien sûr que 20 ans après, de nombreuses personnes vont s'étonner qu'on ait construit cet ouvrage de la honte pour séparer un même peuple, C'est  ne pas comprendre ces années de plomb, de guerre de nerfs, de mépris et de haine que le monde a connu au début du 20eme siècle.
Les habitants de Berlin ouest appelaient ce mur "le mur de la honte" alors que ceux de l'Est le qualifiaient de "mur de la protection". Le paradoxe dans ces appellations est le fait que c'était l'Ouest qui se protégeait contre les menaces des états de  l'Est et les visées expansionnistes  des communismes !
 
Aujourd'hui que le mur qui divisait la capitale du Reich est tombé, et que les populations peuvent se déplacer et aller d'un quartier à un autre sans avoir peur d'être pris pour cible par les nombreuses sentinelles, peut-on dire que le but  que le monde entier attendait de la chute du mur est  atteint?
la réponse est bien sûr, non !
La disparition des morceaux de béton n'ont pas fait tomber les murs qui cloisonnent encore les esprits des gens malgré les énormes efforts fournis par les gouvernements allemands qui se sont succédés depuis 1989. Les murs de la pauvreté et de ma méfiance continuent d'exister .
Cette situation, et la mise à niveau de l'ex RDA risquent de prendre encore quelques années vu la profondeur du traumatisme subi par les population sa population.
 
Je ne vais pas m'étaler plus sur l'Allemagne est son "défunt" mur, mais parler des murs invisibles qui séparent les différentes composantes'' de la population Ghrissoise  et plus spécialement de Goulmima.
Nos ksar ne sont pas dotés de miradors, ni de sentinelles qui interdisent leurs accès ! Et pourtant si vous essayez de connaitre le nombre d'hommes de tout âge du ksar de Goulmima qui ont visité le ksar d'Ait Ihya Ou3tman, vous risquez d'être surpris, car il est presque nul ! L'inverse est aussi valable et c'est la même chose pour presque pour la totalité des ksars de la palmeraie !
Même les cafés qui devraient servir de lieux de rencontre et d'échange, ont leurs clientèles spécifiques. Chaque café à quelques exceptions près est fréquenté par une ethnie ou par les habitants d'un même ksar !
C'est ce mur de "l'exclusion", de l'intolérance, de la méfiance qu'il faut que nous essayons de faire chuter à Goulmima !
Personne n'est plus Goulmimi qu'un autre et les uns ne sont pas plus savants que les autres !
Je l'ai écrit à plusieurs reprises, notre contrée a la chance d'avoir une diversité ethnique et culturelle que d'autres régions n'ont pas. Cette diversité doit enrichir notre communauté et non l'affaiblir.  
Le mur de la honte existe encore chez-nous, malgré des petites brèches ouvertes par quelques personnes qui osent briser les tabous. Les établissements scolaires, les clubs sportifs et le monde associatif doivent tous œuvrer pour faire disparaitre ce mur qui entrave l'esprit de fraternité citoyenne qui doit marquer chaque habitant de Goulmima.
 
Oui, si le 09 novembre est une date mémorable pour le monde entier, elle l'est encore plus pour moi, car non seulement elle correspond à la chute d'un mur, mais aussi à la naissance d'un être qui m'est très cher.
Bon anniversaire Meryem, bon anniversaire illy et mère d'Ellie !   
 
Ainsi va Ghriss
Goulmima, le 14/11/2009

[Retour]