[Retour la liste]


UNE NICHE QUI POURRAIT ETRE MIEUX EXPLOITEE ! le 26/12/2009 à 19h15

Quelle fut ma surprise lorsque la semaine passée, j'ai appris que par Merzouga passe 50% des touristes qui visitent notre pays.
vous vous rendez compte, ainsi Merzouga dépasserait Fès, Marrakech, Agadir, Ouarzazate et  toutes les autres villes du royaume !
Si c'est le cas, pourquoi l'essor touristique de la région du Sud-est du Maroc n'est pas aussi prospère que le sont ceux de Marrakech ou d'Agadir ?
La réponse est toute simple, Notre région n'est qu'une destination de passage  certains touristes arrivent le matin pour la quitter l'apres midi ou arrivent l'après-midi pour la quitter le lendemain. Ce qui se traduit par un taux de fréquentation très élevé mais qui n'est pas du tout phase avec le nombre de nuitées passées par les touristes dans les établissements hôteliers de la région.
Ce qu'il faudrait faire si on veut qu'il ait une adéquation normale entre les taux de fréquentation , le taux d'occupation et bien sur le nombre de nuitées que passeront les touristes dans les hôtels de la région, serait de faire en sorte que les touristes arrivent directement a Errachidia ou ils seraient pris en charge par des réceptifs pour leur faire le circuit choisi et puis reviendraient a Errachidia pour prendre l'avion et rentrer chez eux.
En clair il faudrait que l'aéroport d'Errachidia soit plus utilise aussi bien par les charters que par les vols de la RAM.
Je me souviens des efforts et du lobbying qu'avait mené le GRIT (Groupement Régional d'intérêts Touristique) d'Agadir devenu actuellement CRT auprès des instances compétentes a Rabat pour que la RAM programme des vols directs entre Agadir et certaines villes européennes et que l'ONDA participe a l'effort en réduisant les taxes de handling et de parking des avions des charters.
C'est vrai que ca ne s'est pas fait facilement, la RAM exigeait un taux minium de remplissage des avions pour programmer les vols demandés, ce qui ne pouvait pas être garanti surtout pour le début d'une mise en exploitation d'une ligne. mais nous avons constate qu'apres quelques mois, notre compagnie aérienne a connu des surbookings sur la destination Agadir.
Comme quoi, lorsque le potentiel est la, la prise du risque est amplement justifiée.
Je me souviens qu'avant que des vols directs reliant Agadir aux villes européennes soient mis en place, le principal problème qui entravait le développement de l'activité touristique et que les professionnels  du tourisme ne cessaient de soulever a chaque réunion du "GRIT" était celui du nombre heures d'attente que passaient les touristes a l'aéroport Med V a Casablanca.
Cette attente qui durait des heures réduisait a zéro l'atout majeur  qu'avait Agadir a savoir celui d'être a deux heures de vol de Paris !
Ceci étant dit, je pense que pour le touriste, faire Marrakech, Ouarzazate, Errachidia Merzouga  et revenir a Agadir pour quitter le Maroc  ou partir d'Errachidia et faire le même circuit puis revenir prendre son avion a Errachidia, ne lui poserait aucun problème. Pour lui ca serait kif-kif.
Ce qui changera, sera le nombre de nuitées qui sera doublé et puis toutes les activités liées au tourisme qui seront développées dans notre région.
Cette approche ne va pas plaire aux hôteliers de certaines villes, mais Errachidia ne fera que prendre la part de marché qui est la sienne.
 
Faut-il encore que les professionnels du tourisme de notre région le veuillent et que le CRT de Meknès Tafilalet, fasse du lobbying comme l'ont fait ceux d'Agadir et de Marrakech.   
 
Le sujet traité cette semaine, ne nous éloigne pas trop de Ghriss. Les retombées d'une meilleure activité touristique dans la région du sud-est  profitera aux habitants de Ghriss et mettra en valeur les beaux sites de nôtre vallée qui sera plus fréquentée et mieux visitée.
 
Ainsi va Ghriss
Goulmima le 31/10/2009

[Retour]