[Retour la liste]


LA JUSTESSE DUNE INJUSTICE ! le 26/12/2009 à 19h04

Il y a quelques mois, j’avais posé le problème de la caisse de compensation qui depuis sa création profite plus aux nantis qu’aux pauvres.
Les prix du sucre, de la farine, du gaz, de l’essence et des autres produits subventionnés profitent à ceux qui les utilisent plus c'est-à-dire les riches qu’aux familles pauvres.
Compenser les prix de certains produits de première nécessité ne suffit pas si en face le gouvernement ne définit pas ceux qui doivent profiter de ces prix. Car l’opération ne fera qu’élargir l’écart entre les classes de la société.
Le contribuable marocain qui participe directement ou indirectement à l’alimentation de cette caisse n’accepte pas de subventionner ceux qui roulent avec des grosses cylindrées ou qui utilisent du sucre et de la farine par dizaines de kilos.
C’est vrai que ce n’est pas facile de trouver un système plus équitable qui profitera pauvres et non aux riches, mais on attendant rien n’empêche le gouvernement de trouver des astuces ou des petites actions correctives pour réduire cette injustice sociale faites aux pauvres.
Les ministères concernés « grouillent » de cadres et de compétences qui peuvent plancher sur ce dossier afin de lui trouver des solutions.
 
Si on prend par exemple le cas d’un citoyen qui roule avec une 4x4 et un autre qui roule avec une petite cylindrée comme une R4 ou une Uno, la différence entre ce dont profite le propriétaire de la 4x4 et celui de la R4 peut être compenser par la prise en charge pas la caisse de compensation des frais de vignettes et d’assurance !
Ainsi, on pourra par exemple généraliser cet exemple pour tous les véhicules de moins de 8 cv et la on pourra dire que la caisse compense équitablement les carburants par le biais des les utilisateurs de véhicules.
D’autres idées plus intéressantes pour que la caisse profite à tous les marocains avec plus d’équité doivent certainement exister.
 
Je conçois encore que l’état puisse compenser les produits de première nécessité que consomment les marocains, mais compenser du gas-oil pour les bateaux de pèche qui exportent et vendent en devises le produit de leurs  pêches me parait plus qu’anormal.
On ne compense pas des activités qui dégagent des marges bénéficiaires importantes et c’est le cas de cette activité.
 
Si le budget de ce fonds qui était de 3 milliards de dirhams en 2002 et qui est passé à 20 milliards pour 2008 profitait équitablement aux familles marocaines, faites la division cela vous donnera pour une population d’à peu près 5 millions de familles une subvention de 5 milles dirhams par an.
C’est certain que pour quelques familles cette somme de suffira même pas pour passer un week-end à Ifrane ou Marrakech, mais je vous assure que pour d’autres familles, elle suffira pour assurer un repas quotidien durant toute une année. Et si le gouvernement use de plus d’Ijtihade pour que l’argent de cette caisse  soit distribué en excluant les familles aisées, on ne parlera plus que de classes moyennes et aisées dans notre pays !
 
Aussi, en attendant de réviser le système de compensation actuel pour le rendre plus efficace en le dotant d’un mécanisme assurant une meilleure équité, les habitants de nos montagnes se contenteront  des 30 dirhams que représente la compensation sur les 12 pains de sucre qu’ils achètent par an !
Cela fait partie des contrastes de notre pays ! les plaines sont arides et l'eau continue d'alimenter l'ocean !
Ainsi va Ghriss
Goulmima,  le 18/07/2009

[Retour]