[Retour la liste]


ADAWAMOU LI ALLAH ! le 26/12/2009 à 18h47

L’éternité n’appartient qu’à notre créateur et tout ce qui est créé par l’homme ne dure que ce que le bon Dieu lui a prescrit comme temps.
Les non avertis de cette réalité fondamentale ont essayé et continuent d’essayer de se mesurer à cette évidence qui n’appartient qu’à Dieu seul, en construisant des édifices qu’ils pensaient éternels, mais aussi bien eux que leurs constructions finiront un jour en poussière. D’autres inventent des systèmes de gouvernance et doctrines qu’ils pensaient leur permettre de gouverner le monde, oubliant que les meilleurs systèmes de gouvernance ne se trouvent que dans les livres du seigneur.
Communisme, socialisme, capitalisme, n’ont duré et ne dureront que ce que dure « lmchmach » (les abricots). Pas plus de trois jours.
Il y a quelques mois, ceux qui croient diriger notre monde ne parlaient que de globalisation, mondialisation, libre échange, mais depuis l’apparition de la crise financière, qui est devenue par la suite économique et dont on ignore ce qu’elle sera demain, ceux qui ne rataient aucune occasion dans leurs speeches et discours à vanter les bienfaits de cette mondialisation se sont tus et ne savent pas (bach manfoukha) de quoi sera fait demain !
Mais ne pensez pas qu’ils ne vont rester longtemps silencieux, non, demain, à défaut de vous dire le contraire de ce qu’ils disaient hier, et afin de nous faire avaler la pilule ils trouveront les mots pour expliquer l’inexplicable et nous faire accepter le contraire de ce qu’ils nous disaient avant .
Ils ne penseront plus globalisation, ni mondialisation, ni même régionalisation. Ils ne se s’occuperont en premier que de ce qui est dans l’intérêt de leur pays « ou bass » !
Lorsque les pays occidentaux implantaient leurs usines et leurs entreprises en dehors de leurs territoires, ce n’était pas seulement à la recherche d’une meilleure rentabilité due au coût de main-d’oeuvre, il y avait certes ça mais pas que ça !
Sinon comment expliquer la décision par exemple de certains groupes de commencer les fermetures des usines installées en dehors de leur pays alors qu’elles sont plus rentables « financièrement » parlant que celles installées dans leurs propres pays ?
L’explication me semble toute simple à comprendre, et je vais prendre comme exemple une multinationale Française qui suite à la crise économique se trouve dans l’obligation de fermer une de ses deux entreprises qui sont de même taille et qui fabriquent les mêmes produits, mais qu’une des usines se trouve en France et l’autre au Maroc.
Supposant que l’entreprise installée au Maroc, dégage un bénéfice net deux fois ou même trois fois supérieur à celui généré par l’usine installée en France, croyez-vous que la décision de fermeture va concerner l’usine qui est moins rentable ?
Logiquement, vous me diriez oui.
Et pourtant ce n’est pas du tout ce qui se passe actuellement. Tout simplement parce que d’autres critères plus déterminants sont pris en considération même s’ils sont extra- financiers.
L’usine en France une fois fermée, va occasionner des pertes d’emplois qui vont se traduire par une perte de pouvoir d’achat des personnes licenciées, et si les personnes licenciées n’ont plus de quoi acheter, ce sont d’autres commerces qui vont voir leurs chiffres d’affaires chuter, et c’est l’effet boule de neige, puisque ces mêmes commerces vont à leur tour licencier si leurs chiffres d’affaire baissent, etc.
Vous voyez bien dans cet exemple très simple, que ce n’est pas la rentabilité de l’usine qui est prise en considération, mais la protection des emplois et du pouvoir d’achat des français ! Et le choix stratégique de la nation prime sur la stratégie de l’entreprise.
D'ailleurs les Etats qui autorisent l’implantation des usines en dehors de leurs territoires sont des pays qui n’ont pas un problème crucial de chômage et qui sont en général importateur de main d’œuvre étrangère. Et puis comme je l’ai mentionné plus haut un salaire élevé payé à un ouvrier en France s’injecte d’une façon ou d’une autre dans l’économie française, contrairement aux salaires des ouvriers qui travaillent dans des entreprises délocalisées et qui profitent au pays d’implantation.

Ce qui se passe un peu partout dans les pays occidentaux n’est autre qu’un début du protectionnisme, même s’il se fait discrètement et en douceur.
Il ne faut pas s’étonner de voir demain des pays revenir à un protectionnisme pur et dur qui ira jusqu’à interdire l’importation de certains produits ou qui leur appliquera des taux d’importation très élevés (frais de douane),

Quant à moi qui n’arrive même pas à protéger, les dattes de mes quatre palmiers de Ghriss que les collégiens et lycéens de Goulmima dévorent avant qu’elles mûrissent, il serait bon de me protéger contre ces projections pessimistes qui risquent de rendre mes cheveux encore plus blancs qu’ils le sont.

Ainsi va Ghriss
Agadir le 21/02/2009

[Retour]