[Retour ŕ la liste]


L’ARBRE DES CAUSES le 26/12/2009 à 18h46

Lorsque j’avais pris l’engagement d’écrire une chronique chaque semaine, je ne pensais pas que je traverserai des moments où j’allais me trouver comme une pompe qui a pris de l’air et qui ronronne sans faire monter une seule goutte d’eau. Si ma mémoire est bonne, dans le jargon technique on dit de cet état, que la pompe "cavite" ! C’est un peu mon cas cette semaine. Et puisque je parle de pompe et d’eau c’est une bonne transition pour parler d’un arbre, celui des causes !
Il ne s’agit pas bien sûr d’une quelconque variété de palmiers qui ne pousserait qu’à Ghriss. Non, mon arbre n’a de commun avec l’agriculture que le nom. Et puis un arbre dont les branches sont des causes et qui ne donne comme fruits que la compréhension d’une situation donnée, ne peut exister que dans les têtes de ceux qui « cultivent leurs jardins » ! Les personnes qui ont lu Candide auront compris ce que signifie « cultiver son jardin » et diront que Voltaire n'avait fait durant sa vie que cultiver le sien !
Voilà donc pour l’introduction et revenons maintenant à notre arbre des causes. Ceux qui ont eu un jour à gérer la sécurité dans une entreprise ou son processus de production connaissent bien la signification de cette appellation, qui est utilisée pour étudier à posteriori tout évènement indésirable, accident du travail, mais aussi défaillance d'un processus de production, mais qui est aussi utilisé à priori pour anticiper les événements qui risquent de survenir au cours du déroulement d’une tache ou d’un travail quelconque.
Dans la vie chaque événement heureux ou malheureux qui intervient n’est que la conséquence d’une multitude de causes qui, en se conjuguant ensemble aboutissent à la concrétisation de l’événement.
Il suffirait qu’une et une seule cause aussi infime qu’elle soit manque pour que l’évènement ne se produise pas ! je vais essayer de trouver un exemple simple et banal qui arrive chaque jour et qui illustre ce que je viens de dire .
Prenons l'exemple d'un homme qui se lève en retard et qui sans attendre de prendre son petit déjeuner, enfourche sa bicyclette pour rejoindre son travail. Au cours de route il se fait renverser par une voiture et se blesse.
Situation toute banale, mais si vous essayez de construire l’arbre des causes à posteriori de cet événement, vous constaterez que la suppression d’une des causes que comporte le déroulement de cet évènement entraîne de facto la suppression de l'accident
Se lever en retard : s’il s’est levé à l’heure il aurait évité l’accident. Même chose si même en se levant en retard il est resté prendre son petit déjeuner.
Et si la roue de la bicyclette était dégonflée, il serait parti à pied et aurait évité l’accident. Même chose s’il avait mis plus de temps à se brosser les dents ou s’il avait fait à sa femme un câlin matinal un peu plus long que d’habitude. etc. etc.
La même chose pour le conducteur du véhicule, qui s’il ne roulait pas vite aurait évité le cycliste, s’il s’était arrêté un peu plus dans la station service pour vérifier l’état de son véhicule, il aurait évité l’accident. Même chose s’il s’est arrêté pour prendre un auto-stoppeur qui lui faisait des signes au bord de la route avant qu'il percute le cycliste. Etc. etc.
Vous voyez qu’effectivement, il aurait suffit qu’une de ces causes n’arrive pas pour que l’accident n’ait pas lieu !
Voilà schématisée, une situation d’analyse à posteriori et de cette analyse on sépare les causes endogènes et exogènes dans le déroulement de l’événement pour apporter des actions correctives aux causes internes afin d’éviter que l’accident se répète.

Maintenant essayons de construire un arbre de causes pour un événement heureux. Et je ne trouverais pas un événement plus heureux en ce moment que celui de voir le peuple palestinien récupérer ses terres et vivre en paix. Je ne vais dessiner l’arbre avec toutes ses causes mais certaines sont déjà là et commencent par constituer les premiers éléments du puzzle.
J’en citerai pêle-mêle :
L'attaque de Gaza par l’armée israélienne
La médiatisation de cette attaque surtout par al Jazeera
Le bombardement des locaux des ONG et de l’ONU par les Israéliens
L’interdiction aux journalistes occidentaux de couvrir le bombardement de Gaza.
Le départ de Bush et l’élection d’Obama. Etc. etc.
A propos d’Obama puisque je le cite, vous ne trouvez pas que le fait que ce président empreinte d’Ehud Barrak et Saddam Hussein leurs deux prénoms pour en faire ses deux prénoms lui "Barak Hussein" Obama est une drôle de coïncidence ?
Cette coïncidence ne serait-elle pas une cause parmi celles qui constitueront l’arbre des causes de la paix au proche orient ?
Croisons les doigts et disons wait and see!
Pour ceux, pour qui « je me suis mal exprimé », laissez tomber mon "arbre des causes" et le conseil de Voltaire et continuez à cultiver Azgar (jujubier), il parait que Wari est très apprécié par Ibarèdn (boucs) et les bergers !

Ainsi va Ghriss
Agadir le 07/02/2009

[Retour]